Septembre au potager.

Entretenez

  • Effeuillez les plants de tomates et d’aubergines pour hâter le mûrissement des fruits.
  • Arrachez les plants ayant fini de fructifier.
  • Continuez les opérations de désherbage et de binage du sol.
  • Complétez le paillage si celui-ci s’est réduit.
  • Buttez les céleris à côtes pour les faire blanchir.
  • Buttez les choux d’hiver.
  • Aérez les châssis et tunnels.
  • Cessez les arrosages sur les courges, les potirons et potimarrons et espacez les arrosages sur les autres cultures.

Multipliez

  • Divisez la sauge officinale.
  • Divisez et replantez les rejets présents en périphérie de la rhubarbe.
  • Divisez les artichauts.

Plantez

  • Plantez les choux de Printemps sur une butte de 25 cm de hauteur en enfonçant les pieds jusqu’au niveau des premières feuilles.
  • Plantez les poireaux pour cet hiver.
  • Plantez les pommes de terre hâtives et les petits pois dans le Sud.
  • Plantez les fraisiers sur un terrain préalablement amendé.

Préparez

  • Commencez à préparer la terre sur les planches vacantes ; désherbez, bêchez et incorporez compost et fumier.

Récoltez

  • Terminez les récoltes de tomates, de melons, de pastèques, de courgettes et des concombres.
  • Récolter les choux de Bruxelles.
  • Récoltez les navets.
  • Récoltez les poireaux.
  • Récoltez les patates douces.
  • Récoltez les piments.
  • Récoltez les topinambours.

Semez

  • Semez les choux cabus à feuilles lisses.
  • Effectuez les derniers semis de persil.
  • Semez les poireaux d’hiver.
  • Semez le cerfeuil.
  • Continuez les semis d’épinards.
  • Semez les chicorées.
  • Semez les oignons jaunes en rangs espacés de 20 cm.
  • Semez les navets.
  • Semez les engrais verts sur les planches inoccupées.
  • Semez les fèves dans le Sud.

Résultat de recherche d'images pour "jardiner au potager en septembre"

 

Publicités

Choisir des aliments et des boissons sains.

Le choix des boissons et des aliments a une influence importante sur la qualité de l’alimentation. Consommer des aliments sains contribue à maintenir une bonne santé et à réduire les risques de développer certaines maladies. Une alimentation saine inclut des aliments variés, tout en faisant une place importante aux aliments de bonne valeur nutritive. Les aliments nourrissent le corps et l’esprit. En plus de fournir des éléments nutritifs, ils sont souvent l’occasion de partager avec la famille et les amis. Une saine alimentation procure donc du plaisir au quotidien.

Choisir ses boissons

Il est important de connaître la teneur en nutriments et en calories des boissons que vous consommez afin de bien les choisir. Cette information peut être obtenue de différentes façons, notamment grâce aux étiquettes des aliments.

Les conseils suivants vous aideront à choisir vos boissons :

  • Buvez de l’eau régulièrement. L’eau est la meilleure boisson pour étancher la soif et elle ne contient pas de calories. Buvez-en davantage lorsqu’il fait chaud ou lorsque vous êtes physiquement actif.
  • Buvez du lait et ses substituts, comme des boissons de soya ou d’amande enrichis, qui sont des choix sains.
  • Limitez votre consommation de jus de fruits, même s’il s’agit de jus de fruits purs à 100 %. Bien que les jus de fruits comportent certains avantages nutritionnels, ils contiennent beaucoup de sucre et peuvent rapidement ajouter une grande quantité de sucre à votre alimentation. Il est préférable de consommer des fruits frais.
  • Évitez de consommer tous les jours des boissons sucrées, comme des boissons gazeuses, des boissons aux fruits ou des boissons pour sportifs. Étant donné qu’elles contiennent très peu ou pas du tout d’éléments nutritifs et que les calories qu’elles contiennent s’ajoutent à celles déjà présentes dans votre alimentation, ces boissons sucrées devraient être consommées à l’occasion seulement.

Mise en garde sur les boissons énergisantes

Évitez de consommer des boissons énergisantes régulièrement. Elles contiennent de grandes quantités de sucre. Par ailleurs, leur teneur élevée en caféine peut avoir des conséquences indésirables.

De plus, les boissons énergisantes sont déconseillées chez les femmes enceintes, les femmes qui allaitent, les enfants et les personnes sensibles à la caféine. Elles ne devraient pas non plus être mélangées avec de l’alcool.

En plus du risque de développer une dépendance, les boissons énergisantes peuvent causer :

  • de la nervosité;
  • de l’agitation;
  • une altération du sommeil;
  • des maux de tête;
  • des palpitations;
  • des nausées.

Aliments transformés

Les aliments transformés occupent aujourd’hui une place de premier plan dans l’alimentation des Québécois. La grande majorité des aliments subissent une transformation avant d’être mis en marché ou consommés.

Certaines méthodes de transformation des aliments sont essentielles à la conservation des produits et peuvent même avoir un impact positif sur la qualité nutritionnelle des aliments. Elles peuvent donc être bénéfiques. Pensons par exemple à l’ajout de vitamine D dans le lait.

Cependant, d’autres méthodes de transformation alimentaire peuvent avoir un impact négatif sur la santé. En effet, ces méthodes augmentent la quantité de gras, de sucre et de sel dans les aliments, tout en diminuant leur valeur nutritive. Ainsi, plusieurs aliments transformés peuvent avoir un profil nutritionnel moins profitable pour la santé, c’est-à-dire que :

  • ils sont riches en énergie, soit en calories;
  • ils sont riches en sucres ajoutés, en sodium et en gras trans;
  • ils présentent une plus faible valeur nutritive.

Depuis les dernières années, la place de ces produits transformés a grandement augmenté dans l’alimentation des Canadiens. En effet, le rythme de vie rapide fait en sorte que certaines personnes ont moins de temps pour cuisiner à la maison.

La consommation fréquente de ces produits peut contribuer à une alimentation moins équilibrée et peut augmenter les risques de développer des maladies chroniques, telles que le diabète, certaines formes de cancer, les maladies cardiovasculaires et l’hypertension. Diminuer votre consommation de sel, de sucre et de gras est un moyen de réduire les effets néfastes de ces aliments sur votre corps et de prévenir l’apparition de ces maladies.

Sodium

Le sodium est un minéral qui se retrouve dans le sel de table et dans beaucoup d’autres aliments. Le corps a besoin de sodium pour fonctionner. Cependant, la consommation d’une grande quantité de sodium peut provoquer de l’hypertension artérielle et ainsi augmenter les risques d’accidents vasculaires cérébraux, de maladies du cœur et de maladies du rein.

Une certaine quantité de sodium est présente naturellement dans les aliments. Toutefois, cet ingrédient est souvent ajouté aux aliments pour leur donner du goût, augmenter leur durée de conservation ou encore pour modifier leur texture.

Pour réduire votre consommation de sodium, suivez les conseils suivants :

  • Diminuez votre consommation d’aliments préparés ou prêts-à-manger, d’où provient plus de 75 % du sel que l’on consomme. Il s’agit par exemple :
    • des aliments offerts dans les services de restauration rapide;
    • des plats préparés;
    • des viandes transformées, comme les charcuteries;
    • des soupes en conserve et des extraits de bouillon;
    • des condiments, comme le ketchup et les marinades;
    • des collations salées, comme les croustilles.
  • Choisissez les produits qui ne contiennent pas plus de 15 % de la valeur quotidienne en sel par portion. Pour ce faire, consultez le tableau de la valeur nutritive des aliments que vous consommez. Le pourcentage de la valeur quotidienne (% VQ) vous indique si un aliment contient peu de sel, soit moins de 5 % VQ, ou beaucoup de sel, soit plus de 15 % VQ.
  • Réduisez la quantité de sel que vous ajoutez à vos repas. Pour certains mets, une réduction graduelle variant entre 5 % à 10 % de la quantité de sel dans une recette passe inaperçue. Ainsi, pour 1 cuillérée à thé de sel (5 ml), vous pouvez en enlever entre 1 ml et 2 ml, sans que cela ait d’impact sur le goût du mets.
  • Ajoutez des fines herbes à vos repas, tout en diminuant la quantité de sel. Le goût sera aussi prononcé, mais différent.
  • Ajoutez des épices non salées, du jus de citron ou de l’ail, plutôt que du sel, pour assaisonner vos aliments. Cela vous fera découvrir différents goûts et vous vous habituerez graduellement au goût moins salé des aliments. Attention aux sels de mer, de céleri, d’ail ou d’oignon, qui contiennent tous du sodium. Leur consommation doit donc être restreinte, autant que pour le sel de table.

Sucre

Le sucre est présent dans de nombreux aliments. Il peut être présent naturellement dans des aliments nutritifs comme le lait, les fruits et les légumes, ainsi que dans les jus de fruits et les jus de légumes. Le sucre peut aussi être ajouté à différents aliments pour en rehausser la saveur, améliorer leur couleur et leur texture ou augmenter leur durée de conservation.

Le sucre peut se retrouver sous plusieurs formes :

  • le sucre blanc;
  • le sucre brun;
  • le sirop d’érable;
  • la mélasse;
  • le miel;
  • le sirop de maïs à haute teneur en fructose.

Le sucre peut être présent dans la liste d’ingrédients figurant sur les étiquettes alimentaires sous les appellations suivantes : glucose, fructose, dextrose, maltose ou saccharose.

Les principaux aliments dans lesquels du sucre a été ajouté sont les boissons sucrées, les gâteaux, les biscuits, le chocolat, les friandises, certaines barres tendres, certains yogourts aromatisés et d’autres produits transformés.

Le sucre ajouté fournit des calories et ne présente aucun avantage nutritionnel. De plus, il est associé à l’apparition de nombreux problèmes de santé, tels que la carie dentaire et le diabète.

Il est donc recommandé de limiter votre consommation quotidienne de sucre. Selon l’Organisation mondiale de la santé, un adulte normal ne devrait pas consommer plus de 12 cuillérées à thé de sucre par jour, et idéalement ne pas dépasser 6 cuillérées à thé de sucre par jour. Par exemple, un adulte qui boit une cannette de boisson sucrée par jour dépasse ces recommandations. En effet, une canette de boisson gazeuse de 355 ml peut contenir jusqu’à 10 cuillérées à thé de sucre ajouté.

Pour réduire votre consommation de sucre, suivez les conseils suivants :

  • Évitez de consommer tous les jours des boissons sucrées, comme des boissons gazeuses, des boissons aux fruits, des boissons énergisantes, des boissons pour sportifs ou du café aromatisé.
  • Limitez votre consommation de jus de fruits puisqu’ils contiennent souvent beaucoup de sucre.
  • Choisissez de préférence des fruits frais, plutôt que des fruits en conserve contenant du sucre. Si vous optez pour des fruits en conserve, optez pour des fruits dans l’eau et non dans un sirop.
  • Privilégiez les céréales à grains entiers non sucrées et n’y ajoutez pas de sucre.
  • Cuisinez plus souvent à la maison et choisissez des recettes qui contiennent peu de sucre pour les muffins, les biscuits et les autres desserts.
  • Choisissez du lait ou des substituts du lait enrichis, comme du lait de soya ou d’amande nature. Évitez le lait aromatisé, par exemple au chocolat ou à la vanille, car il est plus sucré.
  • Privilégiez le yogourt nature et ajoutez-y vos fruits frais préférés ou des fruits en conserve ou en purée.
  • Limitez la consommation de produits dont le premier ingrédient est le sucre ou un équivalent, comme le glucose, le fructose, le dextrose, le maltose ou le saccharose.

Gras

Les gras sont une composante importante d’une saine alimentation. Ils fournissent des acides gras essentiels et de l’énergie, et aident le corps à absorber certaines vitamines. Le type de gras consommé est aussi important pour la santé que la quantité consommée. De plus, choisir les bons types de gras permettra de réduire le risque de développer des maladies cardiovasculaires.

Il existe 4 grands types d’acides gras :

  • polyinsaturés;
  • monoinsaturés;
  • saturés;
  • trans.

Résultat de recherche d'images pour "Choisir des aliments et des boissons sains."

 

Saine gestion du poids.

Le surplus de poids (l’embonpoint et l’obésité) est un facteur de risque important pour plusieurs problèmes de santé, par exemple :

  • le diabète de type 2;
  • l’hypertension;
  • les maladies cardiovasculaires;
  • plusieurs types de cancers, comme le cancer colorectal, du pancréas, du rein, du sein, de l’utérus et de l’ovaire;
  • l’ostéoarthrite, qui est une forme d’arthrite.

En plus du surplus de poids, le tabagisme, la sédentarité et la mauvaise alimentation sont des exemples d’habitudes de vie qui sont néfastes pour la santé.

Il n’existe pas de recettes miracles pour perdre du poids et ne pas le reprendre dans les mois qui suivent. Également, les tentatives multiples de perte de poids et les méthodes employées peuvent comporter des risques pour la santé. Le plus important est d’adopter un mode de vie physiquement actif et une saine alimentation. Il est préférable de prévenir la prise de poids, plutôt que d’essayer d’en perdre.

Les régimes amaigrissant sont généralement très sévères et il est souvent impossible de les suivre pour toujours.

Le corps réagit à un régime de la même manière qu’à une famine : en réduisant l’énergie dépensée au repos. En recommençant à manger comme avant, ou plus qu’avant à cause de la privation, le corps entrepose sous forme de graisses les calories qu’il reçoit enfin. La personne reprend donc le poids perdu et souvent davantage. Plus les régimes sont nombreux, plus le corps essaie de protéger ses réserves et plus il devient difficile de perdre du poids.

Plusieurs régimes recommandent de peser ou de mesurer la quantité d’aliments consommés. Cependant, chaque personne a des besoins en énergie et en calories qui lui sont propres. Les portions proposées dans ces régimes ne conviennent donc pas à tout le monde. La seule façon de s’assurer de consommer la quantité de nourriture qui répond aux besoins du corps consiste à se fier aux signaux de faim et de satiété qu’il envoie.

Bon nombre de régimes s’accompagnent d’une liste d’aliments interdits. Pourtant, il est démontré que le fait de se priver complètement ou de façon exagérée d’un aliment augmente l’envie de consommer cet aliment et amène à en consommer des quantités plus importantes.

Les définitions de l’embonpoint et de l’obésité reposent sur l’indice de masse corporelle (IMC). L’IMC consiste en la mesure du poids d’une personne par rapport à sa taille. La formule utilisée est : IMC = poids (kg)/taille (m)2. Il est utilisé afin d’indiquer les risques de développer des problèmes de santé.

L’IMC n’est toutefois pas un bon indicateur du gras corporel puisqu’il ne fait pas de distinction entre un surplus de gras ou un surplus de muscle. C’est le gras corporel, surtout celui qui se situe au niveau du ventre, qui peut avoir des effets nocifs sur la santé et sur l’espérance de vie d’une personne.

Résultat de recherche d'images pour "obésité"

Mélanges à éviter; Drogues et alcool

 

Mélanges de différentes drogues

Consommer différentes drogues au même moment, c’est prendre un très grand risque puisqu’on ne peut prévoir l’effet de la combinaison des substances. Les drogues sont plus dangereuses quand on les mélange car leurs effets sont alors souvent multipliés et intensifiés. Tout mélange de drogues, même en petites quantités, peut entraîner des complications importantes et incontrôlables. Ces complications peuvent mener à une intoxication sévère ou à une surdose qui peut être mortelle.

Une personne peut être tentée de consommer différentes drogues en même temps pour affaiblir les effets indésirables de l’une des drogues. Elle peut par exemple consommer en même temps un dépresseur et un stimulant pour diminuer les effets indésirables du stimulant. Ces combinaisons ou mélanges de substances produisent toujours des effets imprévisibles et souvent dangereux.

Mélange d’alcool et de drogues

Certaines personnes prennent de l’alcool en même temps qu’une drogue pour masquer certains effets indésirables de la drogue. Cependant, ce type de mélange peut être dangereux. Ces combinaisons produisent toujours des effets imprévisibles et souvent sérieux.

Mélange d’alcool et de boissons énergisantes

L’effet stimulant des boissons énergisantes peut masquer l’effet dépresseur de l’alcool. Une personne qui consomme les 2 substances en même temps peut par exemple croire que sa coordination ou ses réflexes sont intacts. Toutefois, ce n’est pas le cas car les effets de l’alcool restent les mêmes lorsqu’il est mélangé à une boisson énergisante. Une personne qui consomme ces 2 produits en même temps :

  • Plus de difficulté à coordonner ses mouvements;
  • Moins d’attention;
  • Moindre réactions rapides.

Mélange d’alcool et de médicaments

Lorsqu’une personne consomme de l’alcool avec certains médicaments, elle peut ressentir les effets de l’alcool plus vite et plus fortement. Cette combinaison de substances peut aussi provoquer d’importants malaises.

Même des médicaments offerts en vente libre, comme les médicaments contre le rhume ou la fièvre, peuvent être dangereux s’ils sont pris avec de l’alcool. Si vous prenez des médicaments, lisez bien les instructions sur les emballages avant de prendre de l’alcool. Pour plus d’information, vous pouvez consulter un pharmacien.

Résultat de recherche d'images pour "Alcool et drogues"

Être retraité demain en France, dernièrement annoncé: Un luxe????

Résultat de recherche d'images pour "retraités"La désindexation des retraites combinée à la hausse de la CSG représente 578 euros de perte de pouvoir d’achat par an pour un retraité qui a 1300 euros de retraite par mois.
Pour un retraité avec 1500 euros de retraite par mois, donc une perte de pouvoir d’achat par an = 666 euros.
Pour un retraité avec 1700 euros de retraite par mois, la perte de pouvoir d’achat sera par an de 755 euros.
Pour un retraité avec 2000 euros de retraite par mois, la perte de pouvoir d’achat par an représentera 888 euros.
Pour un retraité avec 2500 euros de retraite par mois, la perte de pouvoir d’achat sera par an de 1110 euros.