Le nationaliste corse, Edmond Simeoni, est mort, à 84 ans.

Edmond Simeoni, l’homme d’Aleria s’est éteint.

Edmond Simeoni, le “père” du nationalisme corse contemporain et père du président du conseil exécutif de l’Assemblée de Corse Gilles Simeoni, participe à une manifestation populaire, le 03 février 2018 à Ajaccio, trois jours avant la venue du Président Emmanuel Macron dans l’île. Ce 14 décembre, à l’âge de 84 ans, disparaît la figure politique corse la plus marquante des cinquante dernières années, à la fois père fondateur du nationalisme insulaire, militant écologiste avant l’heure et conscience parfois controversée d’un courant d’idées traversé par de profondes lignes de fracture.

Publicités

Les symptômes de la gueule de bois, fatigue, en période de fêtes ; comment y remédier?

Les symptômes de la gueule de bois, fatigue, la soif, maux de tête, nausées, sensibilité au bruit et à la lumière, vertiges. apparaissent généralement au bout de quelques heures.

Il faut donc bien boire, bien s’hydrater! Le thé est alors conseillé. Le thé au citron possède des vertus favorisant la digestion. C’est aussi un très bon anti-vomitif. Vous pouvez aussi ajouter du miel qui aidera à réguler le taux de glucose dans le sang.

Le taux d’alcoolémie étant plus élevée une heure après la consommation du dernier verre d’alcool, vous aurez certainement besoin de repos, tout simplement en continuant l’hydratation.

Sauf si vous souffrez de problèmes de digestion, manger ce qui vous donne envie est conseillé aussi. Sinon, se rabattre sur du poisson et du riz.

L’alcool étant aussi responsable du vieillissement prématuré de nos cellules, le jus de tomate est un très bon antioxydant et est très riche en vitamine C et sels minéraux.

Oubliez l’aspirine car votre foie est déjà encombré. Un massage aux huiles essentielles sera donc tout indiqué.

Une marche de 30 minutes après le repos, vous permettra de vous oxygéner et éliminer les toxines liées à votre consommation d’alcool.

Mais le mieux, c’est souvent de ne pas boire du tout! 

Résultat de recherche d'images pour "gueule de bois"

La bûche de Noël; son origine. (+ 6 recettes de bûches à essayer )

La bûche de Noël, plus ancienne tradition que le sapin et la crèche, ne se mangeait pas. En effet, c’était une vraie bûche de bois! Coutume, remontant au XIIe siècle, celle – ci voulait que, la veille de Noël, on aille chercher une énorme bûche de bois franc, pour qu’elle puisse brûler du 24 décembre au 1er janvier.

On devait choisir une bûche d’un arbre fruitier, la couper avant le lever du soleil et on la décorait de rubans avant de la glisser au feu. Appelée bûche de Noël, on la ramenait à la maison en grande pompe. Le maître de maison la plaçait dans l’âtre, procédait à des libations, en arrosant le tronc d’huile, de sel et de vin cuit et récitait des prières de circonstance. C’était les jeunes filles de la maison , dans certaines familles de la plupart des pays européens, notamment en France et en Italie , au retour de la messe de minuit, qui allumaient la bûche, ( appelée « ceppo » ), avec les tisons de celle de l’année précédente, qu’on avait pris soin de conserver précieusement.

Dans d’autres familles, c’était plutôt à la mère que revenait ce privilège. Dans certaines régions, la tradition voulait aussi, qu’on allume, le 24 décembre, autant de bûches qu’il y avait de personnes dans la maison. Les cendres de cette bûche avaient, dit-on, la propriété de protéger la maison de la foudre et des pouvoirs maléfiques du diable. Le choix de l’essence du bois, les pratiques d’allumage et la durée de combustion constituaient un véritable rituel pouvant varier selon les régions. Au Québec comme en France, cette tradition aurait perduré jusqu’au dernier quart du XIXe siècle. La disparition de cette tradition coïncide avec celle des grands âtres, remplacés progressivement par des poêles de fonte. La grosse bûche fut alors remplacée par une petite bûche de bois, parfois rehaussée de chandelles et de verdure, qu’on plaçait au centre de la table comme décoration de Noël.

Aujourd’hui, la bûche de Noël, devenue une pâtisserie traditionnelle, est un succulent gâteau de génoise roulée pour prendre la forme d’un billot. Fourrée de crème au beurre au café , vanille, chocolat, pralinée, aux marrons. On peut rajouter aussi un soupçon d’alcool, une couche de confiture ou des fruits en morceaux. Finalement, on la nappe de glaçage, de crème fouettée ou encore de crème au beurre et on la décore avec de petits objets comme, un traîneau avec des rennes, le père Noël, des champignons, de feuilles de houx et de roses en sucre.

Recettes de bûches de Noel (sucrées ou salées) :

Nouvelle recette décembre 2018 :

Bûche chocolat blanc framboises

(Sources recettes : Les Re7 de Colinette)

 

Résultat de recherche d'images pour "buche de noel"

 

 

Les plus importantes causes et les facteurs de conflits en République Centrafricaine ( RCA). — Média Studio Online

Les causes et les facteurs de conflits en République Centrafricaine sont divers et variés. Parmi les plus importants figurent : La fragilité des institutions étatiques ; L’échec des efforts de démocratisation ; L’exploitation et l’instrumentalisation des différences ethniques ; La prolifération de groupes armés et des armes légères ; Le manque de dialogue et de coopération entre le pouvoir et l’opposition ; […]

via Les plus importantes causes et les facteurs de conflits en République Centrafricaine ( RCA). — Média Studio Online

Les plus importantes causes et les facteurs de conflits en République Centrafricaine ( RCA).

Les causes et les facteurs de conflits en République Centrafricaine sont divers et variés. Parmi les plus importants figurent :

  • La fragilité des institutions étatiques ;

  • L’échec des efforts de démocratisation ;

  • L’exploitation et l’instrumentalisation des différences ethniques ;

  • La prolifération de groupes armés et des armes légères ;

  • Le manque de dialogue et de coopération entre le pouvoir et l’opposition ;

  • L’intransigeance et le manque de flexibilité des acteurs sociaux et politiques ;

  • Les arriérés de salaires et/ou le non-paiement des salaires à terme échu ;

  • La pauvreté et la misère.