Inhérent à la guerre froide et au développement de l’arme nucléaire, l’abri antiatomique est une des composantes de la défense passive des deux superpuissances devant permettre à la fois la continuité du gouvernement et la préservation d’une partie de la population.

L’URSS aurait construit des abris antiatomiques dès le début des années . Ces structures s’inscrivaient dans une politique de défense civile, considérée comme faisant intégralement partie des capacités de défense soviétiques au sens large et qui comprend par exemple des projets d’évacuation des villes, la formation de groupes chargés de la protection civile ou contre les attaques bactériologiques et chimiques. En , dans un document alors classé « top secret », la CIA décrit les capacités de défense passive de l’Union soviétique et notamment ses abris antiatomiques « durcis » destinés aux dirigeants y compris au niveau local, avec postes de commandement alternatifs en dehors des villes. Le document fait aussi état des réseaux de métro des grandes villes conçu pour servir d’abri antiatomique et où sont construits des abris adjacents aux quais, restreints à « des groupes spécifiques » . Les structures industrielles importantes pour la vie ou la reprise de l’économie sont également incluses dans les plans soviétiques ; par exemple, la centrale électrique de Kharkov pouvait être opérée à distance à partir des abris destinés au personnel.

Aux États-Unis durant les années , les pouvoirs publics n’ont pas trouvé l’intérêt d’une défense civile structurée et organisée au niveau de l’État et concentrent leurs efforts par des campagnes éducatives sur les gestes à tenir en cas d’attaque et à la promotion de l’abri (privé) anti-retombées. C’est à cette époque que les organismes gouvernementaux consacrés à la protection civile publient un grand nombre d’affiches de sensibilisation et même des films comme le notoire Duck and Cover destiné aux écoles. À la fin de la décennie, l’Office of Civil and Defense Mobilization (en) distribue à plusieurs millions d’exemplaires un livret intitulé The familly fallout shelter (« L’abri familial anti-retombées »). L’ouvrage est destiné à inciter les familles à construire des abris en brique dans leur sous-sol ou en terre dans leurs jardins. Il contient aussi des plans détaillés d’abris à réaliser soi-même ainsi que des conseils allant du contenu de la trousse de premiers secours aux choses à faire pour éviter l’ennui et s’occuper l’esprit.

Le nombre d’abris individuels vendus aux États-Unis est estimé à environ 200 000 jusqu’au début des années , un chiffre à mettre en rapport à la population de cette époque (environ 180 millions d’habitants). La « folie du bunker » qui se serait emparée de la société américaine durant ces années est donc à relativiser car à cette époque, et contrairement à la croyance populaire, les Américains sont, dans l’ensemble, récalcitrants à toute forme de défense civile, mais surtout à l’idée même de l’abri antiatomique. L’opposition vient d’horizons très variés, les arguments le sont tout autant : coûts élevés, défaitisme face à l’ennemi, futile à l’heure des bombes thermonucléaires et de l’ICBM, militarisation de la famille, moyen détourné pour rendre une guerre nucléaire acceptable, jusqu’aux questions existentielles (pourquoi survivre dans un monde dévasté) et même religieuses.

Ainsi, dans l’esprit du public, le concept de l’abri antiatomique en tant qu’élément protecteur contre la guerre nucléaire s’est érodé globalement à partir des années  mais connaît parfois un regain d’intérêt – pas uniquement en Amérique – au gré des tensions entre les pays détenteurs de l’arme nucléaire, comme dans les années  entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :