Sentir la weed sous les aisselles, ce n’est pas impossible.

Selon le média Vice, un chercheur de l’institut Max Planck d’écologie chimique, Matan Shelomi, a fait des recherches et a comparé des études sur les composés chimiques du cannabis ainsi que ceux de la transpiration du corps humain. Il a ainsi trouvé 11 composés chimiques en commun dans le transpiration et le cannabis.

La transpiration aux relents de cannabis viendrait selon lui des glandes sudoripares « faussement apocrines » mérocrines, les glandes qui se trouvent sous les aisselles ainsi qu’autour des parties génitales, et qui produisent une sueur transparente.

On peut donc effectivement suer la weed (et puer la weed par la même occasion) sans pour autant être un gros fumeur, ou n’avoir jamais fumé. La sueur sous les aisselles ne sentirait la weed que lors d’une relation sexuelle, une situation stressante, ou même un peu avant.

Ouvrir le PDF

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s