Nausées, lombalgie, problèmes circulatoires, vergetures… autant de petits maux qui accompagnent souvent la grossesse. Voici un petit test instructif pour tester vos connaissances. C’est parti !

Les nausées…

Les nausées, comme une future maman sur deux, vous n’y couperez sans doute pas en début de grossesse ! A quoi sont-elles dues ? Sont-elles réservées aux premiers mois ? Comment les soulager ? On fait le point avec notre dossier nausées.

La cause des nausées chez la femme enceinte n’est pas clairement identifiée.

Il pourrait y avoir un lien entre la quantité de l’hormone HCG dans le sang (la gonadotrophine humaine, fabriquée par l’embryon puis par le placenta) et la fréquence de ce trouble au 1er trimestre de la grossesse.

Constipation, ballonnements, hémorroïdes, brûlures d’estomac…

Parmi les maux de la grossesse, certains concernent plus particulièrement les derniers mois. C’est le cas de la constipation, des hémorroïdes et des brûlures d’estomac. Au-dessus et en-dessous du nombril, il arrive que rien n’aille plus !

La constipation s’explique par une digestion ralentie lors de la grossesse, suite à l’action de la progestérone sur le tube digestif.

L’intestin se trouve aussi comprimé au fil des jours par l’utérus, ce qui complique le transit.

Les « brûlures d’estomac » s’expliquent par une remontée acide de l’estomac vers l’œsophage. Très fréquentes chez les femmes enceintes, elles surviennent souvent après ingestion de nourriture ou de boisson.

Les causes des brûlures d’estomac sont multiples : une pression plus grande sur cet organe par le bébé, l’action des hormones et une moindre efficacité du sphincter qui sépare le tube digestif de l’estomac.

De fréquentes envies de faire pipi…

Parmi les nombreux petits maux qui émaillent le quotidien des femmes enceintes, il en est un qui se fait plus pressant que les autres ! L’envie quasi incessante de faire pipi constitue parfois l’un des tout premiers signes annonciateurs d’une grossesse.

Le début de la grossesse se marque souvent par une envie plus fréquente d’uriner, que l’on appelle la pollakiurie. Ce symptôme peut se prolonger jusqu’au terme de la grossesse.
Il s’explique par une augmentation du volume de l’utérus, qui comprime la vessie et les voies urinaires. Ceci peut également causer des infections (cystites, etc.).

Votre grossesse se déroule parfaitement pour vous et votre bébé. Pourtant, depuis peu, vos rires, vos quintes de toux ou vos efforts lorsque vous vous baissez ou soulevez un poids déclenchent des émissions incontrôlées d’urine. Ne vous inquiétez pas, les fuites urinaires ne sont pas si rares pendant la grossesse.

Maux de tête…

Les femmes enceintes ont souvent mal à la tête durant leur grossesse, particulièrement au début. Ce phénomène survient sous l’action des hormones et n’est pas dangereux pour la santé de la mère ou de l’enfant. Il peut aussi s’expliquer par une inflammation des sinus.

Par contre, si les maux de tête persistent ou sont très intenses, il est recommandé d’en parler à un médecin pour exclure toute pathologie (méningite, trouble de la circulation sanguine, tumeur…). Associés à une tension artérielle élevée, les maux de tête peuvent être le signe d’une Pré-éclampsie

Essoufflement…

L’essoufflement fait partie des petits maux de la grossesse les plus courants. Dans la grande majorité des cas, il n’a aucune gravité. Cependant, la présence de certains symptômes accompagnateurs doit vous pousser à consulter par précaution.

Fatigue et somnolence…

La fatigue et un état somnolent se rencontrent très souvent au 1er trimestre de la grossesse. Ce symptôme normal est dû à la production croissante des hormones, spécialement de la progestérone. Le corps se prépare également en fabriquant plus de sang, ce qui augmente le rythme cardiaque et la respiration.

Grosse fatigue les trois premiers mois, insomnie les trois derniers… le bouleversement hormonal – mais aussi psychologique – pendant la grossesse vous joue peut-être des tours la nuit… et le jour !

Au 3ième trimestre de la grossesse, le poids du corps et la difficulté de trouver une position confortable pour dormir peuvent devenir épuisants pour la mère.

Démangeaisons : le prurit de grossesse

Caractérisé par des démangeaisons plus ou moins importantes, le prurit de grossesse fait partie des maux courants de la femme enceinte. Habituellement, il s’agit d’un trouble bénin, très rarement, il peut nécessiter une prise en charge et une surveillance médicale particulière.

Les problèmes de circulation…

Crampes, sensation de jambes lourdes, œdèmes… font partie des maux de la grossesse. Sous l’effet des hormones et du poids de votre bébé, la circulation de retour est ralentie.

Le sang contenu dans les jambes remonte vers le cœur par les veines. En temps normal, leur paroi tonique et les petites valves présentes à l’intérieur permettent de contrer l’effet de la gravité. Cependant, lors de la grossesse, ce mécanisme est affaibli.

  • La progestérone agit sur la paroi veineuse en la relâchant.
  • La prise de poids et le volume sanguin supplémentaire du corps dilatent les veines et augmentent la pression sanguine. Ceci diminue l’efficacité du retour veineux vers le cœur.
  • La veine cave transporte le sang des membres inférieurs vers le haut du corps, mais l’utérus la comprime de plus en plus au fil de la grossesse.

En conséquence, la circulation a tendance à ralentir voire à stagner, provoquant des varices, le gonflement des chevilles ou des pieds, des douleurs dans les jambes ou une sensation d’inconfort (jambes lourdes). L’effort musculaire supplémentaire peut aussi donner des crampes, parfois la nuit.

Le mal de dos…

Il n’est pas réservé aux derniers mois ! A chaque trimestre ses solutions face à l’un de ces fréquents maux de la grossesse.

Il est fréquent d’avoir mal au dos pendant la grossesse. Plusieurs facteurs expliquent ces douleurs :

  • L’augmentation du poids provoque un déplacement du centre de gravité du corps. Ceci s’accentue évidemment avec la progression de la grossesse.
  • Les hormones impliquées dans la gestation (œstrogènes, progestérone et relaxine) favorisent l’assouplissement des ligaments en vue de l’accouchement.
  • L’utérus peut également compresser le nerf sciatique.

Les vergetures…

Pendant la grossesse, la tonicité de l’épiderme est mise à rude épreuve. Ses fibres élastiques sont tendues et risquent de « craquer » en laissant des marques appelées vergetures. Une fois installées, elles sont difficiles à effacer. Alors, mieux vaut prévenir…

Les vergetures apparaissent en milieu de grossesse sur le ventre, les seins, les cuisses et les fesses. Ce sont des lignes irrégulières rougeâtres ou violacées, signes de l’étirement rapide de la peau lorsque l’on prend du poids. Elles se forment dans le derme.

Les hormones influencent la survenue des vergetures, car elles diminuent l’élasticité de la peau, déjà différente d’une femme à l’autre au départ. Elles ne disparaissent pas après la grossesse. En revanche, elles ont tendance à s’estomper.

Attention, si ces symptômes deviennent trop encombrants ou s’aggravent, consultez votre médecin ou votre gynécologue.

Le masque de grossesse…

Le soleil, c’est bon pour le moral… mais dès ce deuxième trimestre, évitez d’exposer votre joli visage sous peine de voir apparaître de vilaines taches brunes, le masque de grossesse. Deux tiers des futures mamans sont concernées.

Gingivite de grossesse…

Le saignement des gencives – ou gingivite – concerne 6 femmes sur 10 pendant leur grossesse, d’où la nécessité de le prévenir ou de le guérir. La solution ? Prendre soin de vos dents, bien sûr, mais l’homéopathie et la phytothérapie peuvent aussi vous aider.

Ce désagrément, qui apparaît souvent au 3ième mois de grossesse, provient des bouleversements hormonaux. Ils favorisent l’hyper-vascularisation et le gonflement des tissus. Les gencives enflent et deviennent plus sensibles lors des contacts.

Les caries surviennent plus fréquemment, à cause de l’inflammation des gencives et d’une acidification de la bouche liée aux vomissements et au reflux gastrique. Les femmes enceintes mangent aussi plus régulièrement et consomment davantage d’aliments sucrés, sources de soucis bucco-dentaires.

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :