1. Cuba — février 

Les Cubains s’exprimeront par référendum sur le projet de nouvelle Constitution, qui reconnaît le rôle du privé dans l’économie. Elle définit aussi à 60 ans l’âge maximum pour une première candidature présidentielle, avec un mandat renouvelable une fois, et ouvre la voie au mariage homosexuel.

2. Thaïlande — février

Le peuple thaïlandais connaîtra ses premières élections depuis le coup d’État de 2014, qui avait renversé la première ministre élue démocratiquement. L’actuel gouvernement, nommé par la junte militaire, n’a cessé de reporter ce scrutin, tout en instaurant une nouvelle Constitution lui assurant une certaine emprise sur le Parlement.

3. Ukraine — mars

Les Ukrainiens sont appelés aux urnes sur fond de tensions avec la Russie. La loi martiale impliquant contrôle et restriction des libertés, adoptée dans la foulée des heurts en mer d’Azov en novembre, pourrait toutefois interférer dans le calendrier électoral, à la faveur du président Porochenko, auquel les sondages attribuent 10 % des intentions de vote.

4. Indonésie — avril

La troisième démocratie du monde nommera son nouveau président. En toile de fond, des électeurs inquiets pour l’économie de leur pays, la montée du radicalisme religieux, mais aussi un air de déjà-vu : les deux candidats sont les mêmes qu’il y a cinq ans.

5. Afghanistan — avril

L’Afghanistan doit tenir ses élections présidentielles six mois après des législatives sous haute tension. Dysfonctionnements, suspicions de fraudes, pressions des talibans et de Daech ont entaché ce scrutin, qui servait de test pour les futures présidentielles.

6. Inde — printemps (Avril ou mai ) 

Le premier ministre Narendra Modi et son parti nationaliste hindou BJP vont tenter de briguer un deuxième mandat, malgré une économie ralentie. Des électeurs s’inquiètent pour l’identité multiconfessionnelle du pays depuis que le BJP rebaptise des villes portant des noms musulmans ; d’autres y voient une tentative pour détourner l’attention de la crise.

7. Europe — mai

En pleine procédure du Brexit, les citoyens des États membres de l’Union européenne (UE) sont invités à désigner leurs représentants au Parlement européen. Durant la campagne, deux visions devraient s’opposer avec force : les électeurs qui croient toujours en l’UE et ceux qui, comme les partisans de Marine Le Pen, en France, ou de Viktor Orbán, en Hongrie, rejettent l’UE dans sa forme actuelle.

8. Afrique du Sud — mai 

Plus d’un an après la démission de Jacob Zuma, pris dans plusieurs scandales politiques et financiers, l’Afrique du Sud sera appelée à nommer son nouveau gouvernement. Le parti de Nelson Mandela, au pouvoir depuis 1994 et la fin de l’apartheid, pourrait se retrouver en position difficile.

9. Tunisie — fin de l’année ( Octobre à décembre) 

Ces élections pourraient redessiner le paysage politique du pays, en pleine crise sociale et économique. Le tout premier scrutin municipal démocratique, à l’été 2018, a donné vainqueur le mouvement islamiste d’Ennahda, devant le parti de l’actuel chef d’État. Par contre, selon les sondages, 68 % des Tunisiens ne savent toujours pas pour qui ils voteront.

10. Corée du Nord

Les Nord-Coréens devraient eux aussi être appelés aux urnes. Cependant, les électeurs n’auront comme « choix » qu’un seul candidat, désigné par le parti unique, dans chacune des 687 circonscriptions…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s