Suite à l’actualité précédente, le risque se portait sur la fermeture de la maternité, la cardiologie, les gardes des urgences seraient soupçonnés, et ainsi, provoquerait la disparition programmée de lits d’hospitalisation en néonatologie, pédiatrie, et chirurgie. Des informations qui seraient censées propulser l’avenir des services du Centre hospitalier de Sedan via des mesures d’un plan de performance qui seraient totalement déconnectées de la réalité. La première hypothèse selon une syndicaliste, prévoirait la fermeture du pole mère-enfant, les services de médecine spécialisés, c’est-à-dire, la cardiologie, la pneumologie mais aussi l’hospitalisation traditionnelle en chirurgie qui provoquerait la disparition de 70 emplois titulaires et 90 emplois contractuels. D’autre part le maintien de la maternité qui n’assurera plus les accouchements à risques. L’établissement affichait un déficit de 4 millions d’euros en décembre 2017 d’où un plan de performance pour un regroupement hospitalier et l’hôpital de Sedan. Le personnel, élus et usagers doutent, mais craignent aussi forcément que ce plan ne comprend que des mesures à restructurer drastiquement, via une réduction intense du nombre de lits en pédiatrie et la fermeture des urgences de nuit. Jusqu’ici, l’hôpital de Sedan accueillait treize internes. Des contractuels seront en première ligne. Des contrats ne seront donc pas renouvelés, et des départs en retraite ne seront pas remplacés. Le personnel ressent déjà les conséquences de précédents plans de financement qui ont déjà eu des résultats négatifs comme l’obligation de faire sortir les patients directement après opération, ce qui va à l’encontre de ce pour quoi ils font leurs métiers. Les syndicats ne comprennent toutefois pas l’enveloppe de 300 000 euros qui doit servir à la rénovation de l’internat…

Aujourd’hui, suite à la mobilisation pour l’hôpital de Sedan de ce 24 mars: la maternité est sauvée, ce qui constitue une excellente nouvelle. La néonatologie sera aussi conservée. La vigilance s’impose pour les autres services Le personnel de l’hôpital ne crie cependant pas victoire. La pédiatrie et la néo natalité ne sont qu’une partie du pôle mère-enfant. Rien ne prédit que le service pédiatrie ne va pas disparaître. Le pôle mère-enfant est donc lui, loin d’être sauvé. Il faudra faire attention à ce que les autres services ne trinquent pas davantage.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s