Éolien, solaire, biogaz, géothermie, énergies marines…N’en déplaisent aux plus sceptiques, les énergies renouvelables ont le vent en poupe.

Les plus largement développées – Hydraulique, éolien, photovoltaïque, et biomasse (bois énergie) – atteignent un niveau de coût compétitif avec les technologies conventionnelles. Qui aurait pu imaginer, il y a 10 ans, que le coût du solaire photovoltaïque serait divisé par 10 ? L’énergie éolienne est variable, mais pas intermittente. Les éoliennes produisent en moyenne 95% du temps. Avec les nouvelles technologies, on peut aussi prévoir de plus en plus la production d’une éolienne, 3 jours à l’avance. Et grâce aux évolutions technologiques, une éolienne peut désormais produire même avec des vents faibles. Rappelons que les éoliennes ont joué un rôle crucial et montré leur fiabilité pour produire à la place du nucléaire. Quant au solaire, trop de gens pensent encore que les équipements thermiques et photovoltaïques ne sont pas adaptés à nos climats. Que dire alors des pays scandinaves et de l’Allemagne qui ont largement développé la filière chez eux. Evidemment moins productif que dans le Sahara, le solaire n’en reste pas moins utile et complémentaire avec d’autres sources d’énergie renouvelable. Les sources d’énergie accessibles, l’eau, le soleil et le vent n’émettent ni gaz à effet de serre, ni particules fines. Bien qu’elle ne soit pas exploitable en l’état, une heure de lumière solaire envoie sur la planète l’équivalent de ce que le monde consomme actuellement en un an. Ça donne une idée « éclairée » du caractère intarissable de l’énergie solaire ! Les installations permettant de capter ces énergies propres produisent des quantités variables de Co2. Pour une éolienne, ça correspond à 12,7g de CO2 par kwh sur la totalité de son cycle de vie ! Une émission de Co2 rapidement compensée après douze mois d’utilisation.
Pour le solaire, c’est l’usage et la transformation du silicium, de terres rares et de plastique pour fabriquer les cellules photovoltaïques des panneaux qui plombe le coût énergétique. Mais bonne nouvelle la marge de progression est énorme grâce au recyclage et à des technologies de plus en plus performantes.
Les grands barrages hydroélectriques sont d’un point de vue écologique les plus impactant. Comme ils modifient leur environnement, les projets de constructions titanesques sont aujourd’hui très contestés. On a bien fini par s’habituer aux autoroutes et aux grandes tours de béton. Tout est affaire de perspective, et de rapport aux bénéfices portés par le secteur. C’est vrai que la pollution de l’air et le changement climatique sont invisibles à l’œil nu mais, dans un futur relativement proche, ils menacent d’appauvrir et de défigurer le paysage bien plus sûrement que les éoliennes. A 500 mètres (distance obligatoire pour une habitation), une éolienne produit 30 db, soit le bruit ambiant dans une chambre à coucher. A titre de comparaison, un frigo produit 40 db en moyenne. Il est possible de limiter au maximum l’impact sur les oiseaux en choisissant le lieu d’implantation des éoliennes (ex : loin des points de passage des oiseaux en migration). Secteur très encadré par la loi, les professionnels ont à cœur d’améliorer leurs pratiques et les études montrent que la production d’électricité éolienne ne met pas en péril la survie d’espèces protégées ou même abondantes. Éolien, solaire, biogaz, géothermie, énergies marines. La plupart des emplois qui en sont liés se trouvent dans le secteur des fabricants de composants et de matériaux suivi par les services, tels que les travaux d’installation, la maintenance des installations éoliennes et les conseils. Le secteur des énergies renouvelables bénéficie d’investissements très importants et d’une image valorisante. Les objectifs ambitieux de nombreux pays participants comme la France,la Belgique, etc… l’Union Européenne dans le domaine des énergies renouvelables promettent un impact très important sur l’emploi dans les années à venir. N’en déplaisent aux plus sceptiques, les énergies renouvelables ont le vent en poupe et promettent un bel avenir d’ici, déjà 2020.

Résultat de recherche d'images pour "parc éolien belgique"

Le gaspillage alimentaire; Nous sommes tous concernés !!!

Le monde produit près de 4 milliards de tonnes de nourriture par an, mais 1,2 à 2 milliards de tonnes ne sont pas mangées, soit 88.000.000 de tonnes de nourritures gaspiller en Europe par an (173 kg par habitant). Ainsi 30% de ce qui est récolté n’atteint pas le marché. Les distributeurs jettent chaque année 1,6 millions de tonnes de fruits et légumes ne répondant pas aux critères de taille et d’apparence. 30 à 50% de ce qui est acheté dans les pays développés est jeté par les consommateurs, souvent à cause d’une mauvaise interprétation des dates d’expiration : « consommation recommandée avant » concerne la qualité du produit et non son risque sur la santé. Les données sur le gaspillage alimentaire mondial sont édifiantes. Le monde peut produire assez d’aliments pour nourrir les 6 milliards d’habitants de la planète. Malgré tout, 82 pays n’ont pas suffisamment de nourriture pour faire vivre l’ensemble de la population décemment.

Résultat de recherche d'images pour "gaspillage alimentaire"

Une corruption qui touche toutes les personnes dont les moyens d’existence, la vie ou le bonheur dépendent de l’intégrité de ceux qui occupent une position d’autorité.

Résultat de recherche d'images pour "corruption"« La corruption est l’abus d’un pouvoir confié, à des fins privées. Elle frappe toutes les personnes dont la vie, les moyens d’existence ou le bonheur dépendent de l’intégrité de ceux qui occupent une position d’autorité. »

Cette définition vaste a été choisie consciemment, car la corruption peut prendre des formes diverses et entraîner des problèmes variés dans les différentes cultures et les différents pays. Elle a toujours pour conséquence de faire souffrir un grand nombre de personne, car une personne ou un groupe (relativement) restreint de personnes souhaite s’enrichir aux dépens de la société et, par conséquent, de ses semblables.

Résultat de recherche d'images pour "corruption"La transparence ou « transparency » peut être décrite comme le principe selon lequel les gens, qui dépendent de décisions administratives, de transactions commerciales ou de subventions, prennent connaissance de la manière dont les décisions qui les concernent sont prises. Les fonctionnaires, les directeurs et les institutions ont le devoir de mener leurs affaires de manière claire, compréhensible et prévisible.

Il est évidemment possible de soutenir avec succès que la corruption ne représente pas un problème énorme en Belgique. En général, chaque citoyen peut faire appel aux services publics sans se voir demander de payer des pots-de-vin. Les fonctionnaires sont généralement bien rémunérés et ont donc moins tendance à vouloir enregistrer des revenus supplémentaires issus de pots-de-vin.

Toutefois, la Belgique, comme toute société, n’échappe pas totalement à la corruption. Il existe encore de nombreux abus dans plusieurs domaines. L’affaire de corruption la plus connue de ces dix dernières années est sans aucun doute l’affaire Agusta-Dassault. Agusta et Dassault sont deux entreprises à qui l’armée avait commandé des hélicoptères à la fin des années 80. À cet égard, elles avaient versé d’énormes pots-de-vin à plusieurs hommes politiques. Le scandale a entraîné la démission et la condamnation de différents hommes politiques, dont Willy Claes, ancien secrétaire général de l’OTAN.

Résultat de recherche d'images pour "fete corruptive"Malgré que cette situation ait mis la problématique de la corruption sous le feu des projecteurs, peu de mesures préventives ont été prises en Belgique. Ce n’est qu’à partir de 2005 environ qu’une politique en matière de réglementation des dénonciations a été lancée non sans hésitation et de manière très fragmentée. Ce n’est que depuis la loi du 15 septembre 2013 relative à la dénonciation d’une atteinte suspectée à l’intégrité au sein d’une autorité administrative fédérale par un membre de son personnel, qu’une procédure de dénonciation officielle a été créée pour les membres du personnel des pouvoirs publics fédéraux. Pour les fonctionnaires flamands, une réglementation de la dénonciation des abus existe depuis 2004 via le Médiateur flamand.

Malgré ces initiatives, une réglementation générale de la dénonciation d’abus s’appliquant à tout le monde, dont les citoyens ou les travailleurs d’entreprises privées, fait toujours défaut.

Dans une société sans corruption, une telle réglementation ne serait pas nécessaire, car une ouverture et une transparence totale mettraient rapidement en lumière les éventuels abus.

Résultat de recherche d'images pour "corruption"La lutte contre la corruption requiert plus que des efforts à long terme, elle demande des efforts incessants et une ardeur sans bornes. Tant que la corruption ne sera pas évitée et combattue activement de manière continue, une multitude d’abus continuera de se produire.

Le prix de la corruption est payé sur quatre plans : politique, économique, social et environnemental. Sur le plan politique, la corruption constitue un obstacle important à la démocratie et à l’État de droit. Dans un système démocratique, les agences et institutions perdent leur légitimité lorsqu’elles sont soumises à des abus à des fins privées. Bien que ce point soit dangereux pour les démocraties établies, il l’est d’autant plus pour les démocraties émergentes. Une direction politique responsable ne peut se développer dans un climat de corruption.

Sur le plan économique, la corruption mène à l’épuisement de la richesse nationale. La corruption entraîne souvent l’attribution de moyens publics rares à des projets peu rentables de premier plan, comme des barrages, des centrales électriques, des raffineries et des canalisations, au détriment de projets d’infrastructure moins spectaculaires, mais plus nécessaires, comme la construction d’écoles, d’hôpitaux et de routes ou l’approvisionnement en électricité et en eau des campagnes. En outre, la corruption perturbe le développement d’un marché honnête et fausse la concurrence, ce qui effraie les nouveaux investisseurs.

Résultat de recherche d'images pour "abus de pouvoir dessin"L’effet de la corruption sur la structure sociale de la société est le plus dangereux de tous. Il mine la confiance des gens dans la politique, dans ses institutions et dans sa direction. La frustration et l’indifférence générale d’un public désillusionné donne naissance à une société civile faible. Celle-ci ouvre à son tour la voie aux despotes et aux dirigeants élus démocratiquement, mais sans scrupules qui transforment les actifs nationaux en richesse personnelle. La demande et le paiement de pots-de-vin devient alors la nouvelle norme. Ceux qui ne veulent pas se conformer au régime émigrent souvent et le pays perd en général ses citoyens les plus capables et les plus honnêtes.

Les systèmes corrompus endommagent également souvent l’environnement. Le manque ou le non-respect des règles et législations environnementales ont vu des pays riches déplacer leur industrie polluante vers des pays pauvres. Dans le même temps, une exploitation inadéquate des ressources naturelles, allant du bois et des minéraux aux éléphants (et à leur ivoire), par des agents nationaux et internationaux ont fortement porté atteinte aux environnements naturels. Des projets qui détruisent l’environnement deviennent prioritaires pour le financement, car ils représentent des cibles faciles de transfert de moyens publics pour des affaires particulières.

Résultat de recherche d'images pour "corruption"Certains experts utilisent des analyses de régression et d’autres méthodes empiriques pour chiffrer les coûts de la corruption. Cette mesure est toutefois quasi impossible, car les montants consacrés aux pots-de-vin ne sont (évidemment) pas rendus publics. Personne ne sait précisément quelle somme d’argent est « investie » chaque année dans les fonctionnaires corrompus. De plus, les pots-de-vin ne prennent pas uniquement la forme d’argent : faveurs, services, cadeaux, etc. sont aussi fréquents. Il est tout au plus possible d’étudier la corrélation entre le niveau de corruption et, disons, la démocratisation, le développement économique ou la dégradation de l’environnement. Les coûts sociaux de la corruption sont encore plus difficiles à exprimer en termes d’argent. Personne ne sait ce que coûte à un pays la perte d’un entrepreneur énergique ou d’un scientifique renommé. En outre, chaque estimation des coûts sociaux en argent serait inadéquate pour mesurer la tragédie humaine qui accompagne un licenciement, l’analphabétisme ou des soins médicaux insuffisants. Le scepticisme général vis-à-vis de chaque tentative de quantification des coûts de la corruption est donc justifié. L’exemple suivant illustre le dilemme de l’expression de la problématique en faits et en chiffres :

Résultat de recherche d'images pour "corruption par la construction"Une centrale nucléaire est construite quelque part dans le monde pour un montant de 100 millions de dollars. Il peut être démontré que, sans corruption, les coûts ne s’élèveraient qu’à 80 millions de dollars. Le dommage financier subi par la société représente donc 20 millions de dollars. Dans la pratique, des projets sont souvent simplement planifiés de sorte que les personnes impliquées enregistrent d’importants gains privés. En supposant que la centrale nucléaire n’était pas nécessaire, le dommage financier devrait atteindre 100 millions de dollars. Par ailleurs, aucun grand projet de construction ne laisse l’environnement intact. Les résultats sont les suivants : plus de pollution, réduction de la valeur du sol, réinstallation des habitants, augmentation de l’endettement du pays, etc. Ce calcul, probablement le plus proche de la réalité, est extrêmement complexe. À l’échelle mondiale, il semble presque impossible de faire un tel calcul. Toutefois, même s’il était possible de calculer la dégradation de l’environnement, l’augmentation de l’endettement et d’autres factures, il serait impossible de mesurer l’étiolement de la confiance du public et de la légitimité d’un pouvoir public. Ces éléments constituent eux aussi des conséquences directes de la corruption.Résultat de recherche d'images pour "corruption scandinavie"

La corruption est principalement un problème du « Sud ». Alors que les pays scandinaves arrivent en haut du classement (ce qui signifie qu’ils sont perçus comme étant les moins corrompus), la majeure partie de l’Afrique subsaharienne figure au bas de la liste. Il serait cependant faux et contre-productif de conclure que, selon l’IPC 2014, la Somalie et la Corée du Nord sont les pays les plus corrompus au monde. L’indice n’a pas pour but de qualifier certains pays de « corrompus » ou d’opposer le « Nord » et le « Sud ». Il s’agit plutôt d’un instrument favorisant la sensibilisation de l’opinion publique quant au problème et la promotion d’une meilleure administration.

La corruption est autant un problème du Nord que du Sud. Les scandales récents en Allemagne, en France, au Japon, aux États-Unis et au Royaume-Uni en sont la preuve. Il a été largement prouvé que la mesure du contrôle faisait la différence dans la mesure de la corruption. Les gens sont aussi corrompus que le système le leur permet. La corruption s’implante facilement dans un environnement où l’attrait et la possibilité d’actes de corruption existent. Il sera plutôt question d’un tel environnement dans les démocraties émergentes du Sud et de l’Est. Dans ces pays, les institutions administratives et politiques sont souvent encore faibles et les barèmes salariaux généralement très bas. Les fonctionnaires sont par conséquent tentés d’ajouter un « supplément » à leurs revenus en demandant des pots-de-vin. Dans les systèmes dictatoriaux, les institutions administratives et politiques ne sont rien d’autre que des instruments d’usurpateur en faveur de ses pratiques corrompues.

Le Nord porte en outre une partie de la responsabilité de cette situation négative dans le Sud, en conséquence de son rôle en tant que payeur de pots-de-vin. Le paiement de ces pots-de-vin est en effet en grande partie alimenté par les intérêts commerciaux du Nord. Jusqu’à récemment, les autorités des pays riches toléraient non seulement ces pratiques corrompues, mais elles les récompensaient même : les coûts encourus pas les entreprises pour payer des pots-de-vin étaient déductibles fiscalement dans de nombreux pays. Heureusement, la Convention de l’OCDE contre la corruption de 1999 a entraîné la pénalisation de la corruption des fonctionnaires étrangers.

Outre le problème de la diffusion régionale de la corruption, la question de la corruption par secteur se pose souvent. L’ICPE donne quelques données statistiques sur les secteurs économiques les plus sensibles à la corruption.

Selon les résultats de l’ICPE, le problème de la corruption est surtout présent dans le secteur des travaux publics et de la construction, suivi par le secteur des armes et de la défense. Le secteur le moins corrompu est l’agriculture.

Résultat de recherche d'images pour "corruption"

 

Le rôle de l’opposition, essentiel en démocratie.

Résultat de recherche d'images pour "opposition"Tout d’abord, l’opposition constitue un contre-pouvoir : elle permet d’éviter que la majorité, une fois parvenue au pouvoir, n’ait la tentation de mener une politique portant atteinte aux droits et libertés. Pour cela, l’opposition dispose en France de différents moyens : la mise en cause de la responsabilité gouvernementale devant l’Assemblée nationale par la motion de censure, la saisine du Conseil constitutionnel (par soixante députés ou soixante sénateurs), les questions posées au Gouvernement dans les enceintes parlementaires…

L’opposition incarne aussi la possibilité d’une alternance politique : elle participe à l’existence du pluralisme politique, qui est une des bases de la démocratie. Ce pluralisme permet de choisir ses gouvernants. Or, il n’y a de choix véritable que si l’électeur peut se prononcer entre plusieurs possibilités. Ainsi, l’opposition, en proposant un nouveau cours à la politique nationale, permet aux citoyens éventuellement mécontents de disposer d’un recours. Avec les moyens qui sont à la disposition des parlementaires, elle peut manifester son désaccord envers la politique suivie et tenter de retarder sa mise en œuvre.

Enfin, l’opposition permet de renouveler le personnel politique : lorsque la majorité perd le pouvoir, une nouvelle génération d’hommes politiques peut trouver une place de choix dans l’opposition, et se préparer ainsi à assumer des fonctions importantes à l’occasion d’une victoire future.

Le rôle de l’opposition est donc essentiel en démocratie. C’est pourquoi certains pays ont conféré un véritable statut à l’opposition.

 

Résultat de recherche d'images pour "opposition"

L’abstention électorale en Europe.

22% des électeurs inscrits ne sont pas allés voter dimanche 23 avril 2017 pour le premier tour de la présidentielle française.Aux élections générales allemandes, sur les deux derniers scrutins, le taux d’abstention tournait autour de 28% ce qui est assez important. Auparavant, les Allemands votaient plus. En 2005, le taux d’abstention n’était que de 22 % et, en 1971, de 9% seulement. Lors des dernières législatives de 2015, un tiers des électeurs ne sont pas allés voter. Quatre électeurs britanniques sur dix s’étaient abstenus lors des élections en 2001. En Belgique, lors des dernières élections législatives en 2014, le taux d’abstention n’a été que de 10%, comme dans les scrutins précédents d’ailleurs. Le vote obligatoire existe en Belgique, Grèce, Autriche ou Luxembourg et risquent donc entre 25 et 150 euros maximum, mais réellement, c’est quasi nul en sanctions. En Grèce, il n’y a pas de sanction, non plus. En Autriche, par contre, l’électeur risque jusqu’à 700 euros d’amende s’il ne vote pas. Ce sont dans les pays de l’Est, où l’on observe une sorte de « coït interrompu » vis-à-vis de la politique en générale , 25 ans après la chute du communisme.  L’abstention monte souvent à 40%, voire plus. Lors des dernières élections en décembre 2016, six Roumains sur dix ne sont pas allés voter, démobilisés et très souvent dégoûtés par la corruption.

Résultat de recherche d'images pour "l'abstention"

L’inscription de la laïcité dans la constitution ; La victoire du Président Turc Erdogan par le vote étranger serait elle un danger pour de nombreux états dont l’un des fondamentaux serait la liberté?

Sachant que la population Turque est en grande progression dans de nombreux états, et vue le score par le vote étranger, résultats officiels qui révèlent pas moins de 74,9% des Belges d’origine turque sur une population turque belge de 160 000 habitants qui ont voté pour Recep Tayyip Erdoğan, en Turquie. 142.453 électeurs belges d’origine turque ont donc voté et leur participation s’élevait à 53,6%. 72,1% d’électeurs installés aux Pays-Bas qui représentent 420 000 habitants au total sur le territoire et en l’Autriche (72,1%) ont à eux trois également massivement voté Erdogan. En Allemagne, où la Turquie compte près d’1,5 million d’électeurs potentiels, Erdogan a obtenu 65% des voix. En Norvège, en France (qui elle, représente à elle seule plus de 1 000 000 d’habitants turcs au total) et au Danemark, il décroche également plus de 50% des voix. Peux t’on se demander si l’inscription de la laïcité dans la constitution ne deviendrait elle pas très importante en matière de sécurité nationale? Voir de nombreuses nations! Sachant que le Parti Islam désire s’installer politiquement, un parti désireux d’imposer des normes dans le monde. Certaines de ces normes sont considérées incompatibles avec les droits humains notamment en ce qui concerne la liberté d’expression, la liberté de croyance, la liberté sexuelle et la liberté des femmes. L’inscription de la laïcité dans les constitutions fermerait toute possibilité d’une future prise de guerre qui ne se fera même pas à la hussarde mais à la manœuvre patiente et légale. Il ne s’agirait donc pas de fermer les portes aux migrations, mais une entière protection quant à nos acquis que la charia pourrait totalement supprimer mais de s’opposer à la reconnaissance d’une religion d’État. La laïcité…pour la paix !!!

Populations  significatives par région:

Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2 700 000
Drapeau de l'Irak Irak 2 500 000
Drapeau de la Syrie Syrie 1 500 000
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 750 000
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 420 000
Drapeau de la France France 1 000 000
Drapeau de la République turque de Chypre du Nord Chypre du Nord 310 000
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 300 000
Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan 290 000
Drapeau de la Grèce Grèce 255 000
Drapeau de l'Autriche Autriche 250 000
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan 200 000
Drapeau du Kirghizistan Kirghizistan 200 000
Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan 200 000
Drapeau des États-Unis États-Unis 165 000
Drapeau de la Belgique Belgique 160 000
Drapeau de la Suisse Suisse 150 000
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 150 000
Drapeau de la Russie Russie 92 000
Drapeau de la Macédoine Macédoine 78 000
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan 70 000
Drapeau du Danemark Danemark 53 000
Drapeau du Kosovo Kosovo 50 000
Drapeau d’Israël Israël 48 000
Drapeau de la Suède Suède 37 000
Drapeau de l'Égypte Égypte 37 000
Drapeau de la Roumanie Roumanie 33 000
Drapeau du Venezuela Venezuela 27 000
Drapeau du Canada Canada 25 000
Drapeau de l'Iran Iran 15 000
Drapeau de la Norvège Norvège 14 000

Le travail ; grand intégrateur social.

Le travail a toujours été considéré comme le plus grand intégrateur social. Ainsi, des générations d’immigrés se sont intégrées à la société par le travail dans les secteurs du bâtiment, des mines et de la sidérurgie. Celui-ci permet l’accès au revenu, aux droits sociaux, mais aussi à un réseau de sociabilité et à une identité sociale, c’est-à-dire au bout du compte à une citoyenneté réelle. Le travail permet d’abord de s’ancrer dans des normes collectives. Il conduit à partager le même rythme de vie (horaires journaliers, week-end, vacances), d’accéder aux normes de consommation en vigueur (voiture, logement…) mais aussi de bénéficier de la protection sociale (maladie, vieillesse, assurance, chômage) et d’éprouver ainsi le sentiment d’être un membre de la société. Ce sentiment, se ressent aussi au niveau du collectif de travail, de la fréquentation des collègues, de l’appartenance à un syndicat ou à une association dérivée de l’univers professionnel. De cette manière les individus peuvent tisser un réseau relationnel qui, au fil du temps, devient souvent un réseau amical.

Mais le travail contribue aussi à l’individualisation des personnes. L’emploi salarié est une manière décisive de s’affranchir de la tutelle parentale ou conjugale. Par exemple l’activité féminine a toujours été très élevée au cours du XXe siècle dans l’agriculture et le commerce, mais dans une situation où l’employeur était souvent le conjoint. Il faudra attendre les années 1960 pour que l’ancrage dans le salariat permette une plus grande autonomie aux femmes actives et les conduise à remettre en cause la domination qui s’exerçait sur la condition féminine. 

Les mutations de l’emploi ont été considérables au cours des quarante dernières années. Elles se sont accompagnées d’une dégradation d’une dégradation de la norme d’emploi issue des Trente Glorieuses, où le marché du travail était essentiellement caractérisé par le plein-emploi, des contrats à durée indéterminée et une grande stabilité des carrières professionnelles. Depuis la fin des années 1970, le chômage de masse et la précarisation des emplois (CDD, stages, intérim…) ont fragilisé la condition salariale. Malgré cela, les normes sociales se bâtissent encore largement autour du travail et de la valeur qui est accordée. Lorsqu’on observe la situation des chômeurs de longue durée, on peut comprendre par défaut l’importance de l’emploi et du travail comme instance d’intégration. Etre écarté longuement de l’emploi, c’est d’abord connaitre une baisse considérable de ses revenus : après la période d’indemnisation, les chômeurs en fin de droits n’ont accès qu’à l’allocation de solidarité spécifique (ASS), voire au revenu de solidarité active (RSA), dont les montants les obligent à affronter la pauvreté au quotidien. C’est donc se sentir exclu des normes usuelles de consommation et même parfois des plus essentielles (accès au logement, à une nourriture suffisante, à un habillement décent…).

Au-delà des conditions matérielles d’existence, être privé d’emploi, c’est faire l’expérience d’une dégradation de l’image de soi, être marqué par le sentiment de son inutilité sociale.

Cela peut conduire au repli sur soi et à une dégradation de son état de santé. Toutes les enquêtes montrent ainsi que le risque d’être concerné par une pathologie grave est plus important chez les personnes exclues durablement de l’emploi. Les liens familiaux sont également affectés. Le fait d’être au chômage, fragilise aussi les couples. La probabilité d’une rupture est donc plus importante lorsqu’un des deux partenaires traverse une période de chômage.

Image associée

 

Les apiculteurs constatent une mortalité inouïe de leur cheptel ; plus de 300 000 colonies d’abeilles disparaissent chaque année en France.

Résultat de recherche d'images pour "Abeilles"En France ce sont près de 400 tonnes d’insecticides de type néonicotinoïde qui sont utilisés sur plus de 6 millions d’hectares chaque année. Les principales cultures concernées sont : les céréales à paille, le colza, le maïs, la betterave mais aussi l’arboriculture ou la viticulture. Près de 92% des cours d’eau sont pollués selon une étude du ministère de l’écologie. Les néonicotinoïdes caractérisés par une forte persistance dans l’environnement y sont désormais détectés. Certaines espèces d’oiseaux auraient disparu (étude publiée dans Environnemental science en 2018). Les oiseaux sauvages seraient durement touchés et notamment les granivores (perdrix, pigeons ramiers…) .

80% des insectes auraient, eux aussi disparu en Europe en 30 ans selon l’étude allemande publiée dans Plos One en octobre 2017 et 75% des miels seraient contaminés par les insecticides néonicotinoïdes (étude franco-suisse parue dans Science en octobre 2017) ;

Image associéeLes néonicotinoïdes sont principalement produits et commercialisés par Bayer et Syngenta.

Chaque année, ce sont 300 000 colonies d’abeilles domestiques et des pans entiers de populations d’insectes pollinisateurs sauvages qui disparaissent en France, effondrement essentiellement dû à l’utilisation des pesticides en général et aux insecticides « tueurs d’abeilles » en particulier.

Alors que le gouvernement Français vient de renoncer à inscrire dans la loi l’interdiction du glyphosate d’ici 3 ans, les ministres de l’Agriculture, de la Transition Ecologique et de la Santé risquent dans les tous prochains jours de prolonger l’autorisation d’utiliser les insecticides tueurs d’abeilles !!!

La loi biodiversité, adoptée en 2016, interdit les insecticides néonicotinoïdes à partir du 1er septembre 2018 mais laisse la possibilité au gouvernement d’accorder des dérogations. Selon nos informations, des réunions interministérielles sont actuellement en train d’envisager sérieusement de telles dérogations !!!

Les apiculteurs constatent une mortalité inouïe de leur cheptel ; plus de 300 000 colonies d’abeilles disparaissent chaque année en France à cause de ces insecticides.

 Résultat de recherche d'images pour "Abeilles"

541 jours sans gouvernement .

Un record mondial hors catégorie qui s’est arrêté à 541 jours sans gouvernement. Le Roi désespérait de nommer enfin un gouvernement.  Depuis 1974, il n’y avait plus eu de premier ministre francophone. Des circonstances dramatiques où Elio Di Rupo à dû assumer ses premiers gestes de Premier ministre ; les syndicats des services publics sont en grève et des barrages paralysent une bonne partie du pays.
La réforme des pensions a été votée dans la foulée. Mais cela semble une évidence : la vie de ce gouvernement ne sera pas un long fleuve tranquille. Le divorce entre le FDF et le MR. Le FDF avait refusé l’accord institutionnel et vivait sa vie tout seul tandis que le MR a un nouveau président, Charles Michel. Et toujours au rayon des promotions : Benoît Lutgen trône au cdH, et Bruno Tobback au sp.a. ; le grand chambardement.

541 jours sans gouvernement !

Les négociations ont été rythmées par des naissances, des décès, et aussi des indiscrétions parfois embarrassantes en matière de vies privées. Touché par la maladie, Elio Di Rupo s’est fait opérer une semaine plus tôt. Il est alors formateur et le pays resté suspendu une semaine à son repos forcé. Elio Di Rupo, toujours discret, a dû, pourtant affronter une nouvelle épreuve et les négociations ont été à nouveau suspendues. Et puis il y a eu ceux qui ont disparu de l’image. Soit du paysage politique belge, soit de la photo de famille du gouvernement. Le 7 juillet 2011, on savait déjà que le gouvernement se fera sans la N-VA. 7 juillet, le jour où Bart De Wever dit « non » à la note Di Rupo.  La crise politique belge de 2010-2011 a débuté après les élections législatives fédérales belges du 13 juin 2010.

En bref, durant la crise politique de 2007-2008, la Belgique avait déjà dû attendre 194 jours pour que soit formé un nouveau gouvernement, issu des élections. Le premier ministre sortant et battu aux élections, Guy Verhofstadt, avait dû gérer les affaires courantes, puis former un nouveau gouvernement intérimaire, en attendant que son successeur Yves Leterme puisse former son gouvernement, ce qui n’a eu lieu que le 20 mars 2008. La crise politique belge de 2010-2011 a débuté après les élections législatives fédérales belges du 13 juin 2010.

Durant la crise politique de 2007-2008, la Belgique avait déjà dû attendre 194 jours pour que soit formé un nouveau gouvernement, issu des élections de juin 2007. Le premier ministre sortant et battu aux élections, Guy Verhofstadt, avait dû gérer les affaires courantes, puis former un nouveau gouvernement intérimaire, en attendant que son successeur Yves Leterme puisse former son gouvernement, ce qui n’a eu lieu que le 20 mars 2008. La situation politique issue des élections de 2010 est encore plus complexe et c’est cette fois Yves Leterme qui doit gérer les affaires courantes en attendant d’avoir un successeur susceptible de présenter un gouvernement. Le 6 décembre 2011, Elio Di Rupo prête serment en tant que nouveau premier ministre. Les 541 jours séparant la démission du gouvernement Leterme II de la formation du gouvernement Di Rupo constituent la plus longue crise politique de l’histoire contemporaine européenne.

La situation politique issue des élections de 2010 est encore plus complexe et c’est cette fois Yves Leterme qui doit gérer les affaires courantes en attendant d’avoir un successeur susceptible de présenter un gouvernement. Le 6 décembre 2011, Elio Di Rupo prête serment en tant que nouveau premier ministre. Les 541 jours séparant la démission du gouvernement Leterme II de la formation du gouvernement Di Rupo constituent la plus longue crise politique de l’histoire contemporaine européenne.

283_LI

Les limites écologiques de la croissance économique.

Dès le début des années 1970, le rapport Meadows met en évidence les limites du modèle de croissance occidentale. Le rapport conclut, d’une part, que les ressources de la terre ne pourront par nourrir indéfiniment une population mondiale en forte croissance et, d’autre part, que les ressources non renouvelables (pétrole, gaz, minerais…) vont finir par manquer. Quarante ans plus tard, la croissance économique mondiale semble en effet se heurter à « un mur écologique ».

Image associéeLa première limite de la croissance mondiale concerne la destruction du capital naturel de la planète, c’est-à-dire à l’épuisement des ressources renouvelables et non renouvelables, on trouve les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon…), mais aussi les réserves mondiales de minerais (or, uranium, cuivre…). L’exploitation de ces ressources s’est considérablement intensifiée depuis un siècle, au point que les scientifiques envisagent l’épuisement définitif de certaines d’entre elles dans un futur proche.

En connaissant le niveau de la production annuelle, d’un côté, et le niveau des réserves prouvées ou probables, de l’autre, on peut en effet extrapoler la « durée de vie » restante de ces ressources. Beaucoup de projections estiment ainsi que l’argent, le pétrole, le gaz ou le cuivre devraient arriver à leur stade d’épuisement avant la fin du siècle, et même dès 2040 pour certaines productions. Même si ces biens ne seront sans doute jamais totalement épuisés leur production ne pourra plus répondre à la demande mondiale et les conditions de leur extraction seront d’un cout tel qu’elles deviendront des biens précieux.

Mais l’épuisement guette aussi nombre de ressources renouvelables, comme les ressources halieutiques (produits de la pêche). Un rapport de l’organisation des Nations Unies (ONU) indique ainsi que près de 30% des espèces marines sont victimes de la surpêche et menacées, à terme, de disparition. Il faut aussi citer les ressources forestières : l’exemple du recul de la foret amazonienne est emblématique de cette situation et plusieurs essences semblent en danger (l’acajou, le palissandre, le teck…).

Image associéeLa deuxième limite écologique à la croissance est liée aux rejets polluants et en particulier à l’émission de dioxyde de carbone (CO2). Depuis plus d’un demi-siècle, les rejets du CO2, de méthane ou de protoxyde d’azote dans l’atmosphère ont connu une croissance exponentielle et l’accumulation de ces gaz provoque un renforcement de l’effet de serre. Celui-ci est naturel et nécessaire à la vie sur terre : sans lui, la température moyenne serait à -18°C, au lieu des 15°C actuels. Mais son renforcement induit d’importants déséquilibres climatiques : en particulier, il accélère le réchauffement de l’atmosphère. Le 5 ième rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), en novembre 2014, estimait que, si rien n’est fait, la température de la Terre pourrait s’élever de près de 5°C d’ici à la fin du siècle prochain, entrainant une montée des océans de près d’un mètre.

En outre, les océans vont devenir de plus en plus acides, de nombreuses zones fertiles vont se désertifier et les épisodes climatiques extrêmes (ouragan, tsunamis, canicules…) vont se multiplier. On s’entends à devoir compter par dizaine de millions le nombre de réfugiés climatiques dans les décennies à venir.

Les catastrophes écologiques constituent une dernière limite à la croissance économique actuelle. Le développement des activités industrielles, la surexploitation des ressources et le réchauffement climatique ont pour premier effet de gravement perturber les écosystèmes et de mettre en péril certaines espèces vivantes. Cette atteinte à la biodiversité est telle que l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a constitué une liste rouge des espèces en danger. Elle fait apparaître qu’une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit ou encore un tiers des espèces de conifères sont menacés d’extinction.

Résultat de recherche d'images pour "accidents pétroliers"Par ailleurs, les accidents pétroliers chimiques ou nucléaires se sont multipliés ces dernières décennies. En 1984, la catastrophe de Bhopal, en Inde, a causé la mort de plus de 20 000 personnes. Le site est aujourd’hui encore hautement contaminé. Les accidents nucléaires de Tchernobyl en 1986 ou Fukushima en 2011 ont entraîné des milliers de décès du fait des radiations, mais aussi la contamination de l’environnement pour des décennies.

Dernier exemple des « dégâts du progrès » : les marées noires dues aux catastrophes pétrolières, comme celle intervenue en 1980 dans le golfe du Mexique, où 600 000 tonnes de pétrole brut se sont déversées dans l’océan, les naufrages de l’Amaco Cadiz en 1978, de l’Erika en 1999, du Prestige en 2002. A chaque fois, des écosystèmes entiers sont détruits et les conséquences écologiques s’y révèlent parfois irrémédiables. Selon le rapport Stern sur l’économie du changement climatique, le coût des catastrophes naturelles est ainsi passé de près de 4 milliards de dollars par an dans les années 1990.

Image associée

 

Lorsque des lots de femmes à Auschwitz étaient achetés par la firme Bayer.

Le capitalisme pue la mort et son histoire est une rivière de sang ; c’est le vrai visage de la firme Bayer qui s’est payé Monsanto pour 59 milliards d’euros.
Sous le régime nazi, Bayer, alors filiale du consortium chimique IG Farben, procéda à de nombreuses expériences médicales sur des déportés qu’elle se procurait dans les camps de concentration.
Voici des extraits de cinq lettres adressées par la Maison Bayer au commandant du camp d’Auschwitz, publiées dans le numéro de février 1947 du Patriote Résistant.

Les lettres, trouvées à la libération d’Auschwitz par l’Armée rouge, datent d’avril-mai 1943.

Première lettre :
«  En vue d’expérimenter un soporifique, vous serait-il possible de mettre à notre disposition quelques femmes et à quelles conditions, toutes les formalités concernant le transfert de ces femmes seront faites par nous. »

Deuxième lettre :
«  Nous accusons réception de votre lettre. Considérant le prix de 200 marks exagérés, nous offrons 170 marks par sujet, nous aurions besoin de 150 femmes. »

Troisième lettre :
«  D’accord pour le prix convenu. Veuillez donc faire préparer un lot de 150 femmes saines que nous enverrons chercher très prochainement. »

Quatrième lettre :
« Nous sommes en possession du lot de 150 femmes. Votre choix est satisfaisant quoique les sujets soient très amaigris et affaiblis. Nous vous tiendrons au courant du résultat des expériences. »

Cinquième lettre :
« Les expériences n’ont pas été concluantes. Les sujets sont morts. Nous vous écrirons prochainement pour vous demander de préparer un autre lot. »

IG Farben, le consortium de Bayer, a également fournit aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz, et a massivement exploité la main-d’œuvre concentrationnaire dans ses usines.

Condamnée pour crimes contre l’humanité à Nuremberg, puis à la dissolution, IG Farben possède toujours un statut juridique, malgré son démantèlement entre les sociétés Bayer, BASF et Hôchst.

Le big bang en matière de réglementation de protection de données personnelles. (Article 07)

Applicable dès le 25 mai 2018, le GDPR, Règlement Général européen de Protection des Données personnelles, s’inscrit dans le prolongement des lois Informatique et Liberté européenne. Il élargit les droits des Citoyens sur la gestion de leurs données personnelles :

  • Consentement : aucune donnée ne peut être collectée sans accord explicite et positif (art. 7)
  • Transparence : droit de savoir à quoi servent ses données (art. 13 et 14)
  • Droit d’accès et de rectification : droit de consultation et de modification (art. 15 et 16)
  • Droit à l’oubli : suppression et limitation de conservation des données (art. Image associée17)
  • Portabilité : droit de récupérer ses données pour les transférer ailleurs (art. 20)
  • Droit d’opposition : la personne concernée a le droit de s’opposer à tout moment au traitement de ses données (art 21)
  • Profilage : droit de ne pas faire l’objet d’une décision fondée exclusivement sur un traitement automatisé (art. 22).
  • Minimisation : gestion des données uniquement nécessaires à la finalité réelle (art. 5)
  • Sécurité : droit de voir ses données systématiquement protégées (art. 32)
  • Notification : droit à l’information en cas de fuite de données (art. 33)
Dans les cas où le traitement repose sur le consentement, le responsable du traitement est en mesure de démontrer que la personne concernée a donné son consentement au traitement de données à caractère personnel la concernant.
Si le consentement de la personne concernée est donné dans le cadre d’une déclaration écrite qui concerne également d’autres questions, la demande de consentement est présentée sous une forme qui la distingue clairement de ces autres questions, sous une forme compréhensible et aisément accessible, et formulée en des termes clairs et simples. Aucune partie de cette déclaration qui constitue une violation du présent règlement n’est contraignante.
La personne concernée a le droit de retirer son consentement à tout moment. Le retrait du consentement ne compromet pas la licéité du traitement fondé sur le consentement effectué avant ce retrait. La personne concernée en est informée avant de donner son consentement. Il est aussi simple de retirer que de donner son consentement.
Au moment de déterminer si le consentement est donné librement, il y a lieu de tenir le plus grand compte de la question de savoir, entre autres, si l’exécution d’un contrat, y compris la fourniture d’un service, est subordonnée au consentement au traitement de données à caractère personnel qui n’est pas nécessaire à l’exécution dudit contrat. 

Les données à caractère personnel doivent être traitées de manière licite, loyale et transparente au regard de la personne concernée (licéité, loyauté, transparence).

Elles seront collectées pour des finalités déterminées, explicites et légitimes, et ne pas être traitées ultérieurement d’une manière incompatible avec ces finalités ; le traitement ultérieur à des fins archivistiques dans l’intérêt public, à des fins de recherche scientifique ou historique ou à des fins statistiques n’est pas considéré, conformément à l’article 89, paragraphe 1, comme incompatible avec les finalités initiales (limitation des finalités).

Elles devront être adéquates, pertinentes et limitées à ce qui est nécessaire au regard des finalités pour lesquelles elles sont traitées (minimisation des données); exactes et, si nécessaire, tenues à jour; toutes les mesures raisonnables doivent être prises pour que les données à caractère personnel qui sont inexactes, eu égard aux finalités pour lesquelles elles sont traitées, soient effacées ou rectifiées sans tarder (exactitude).

Elles pourront être conservées sous une forme permettant l’identification des personnes concernées pendant une durée n’excédant pas celle nécessaire au regard des finalités pour lesquelles elles sont traitées; les données à caractère personnel peuvent être conservées pour des durées plus longues dans la mesure où elles seront traitées exclusivement à des fins archivistiques dans l’intérêt public, à des fins de recherche scientifique ou historique ou à des fins statistiques conformément à l’article 89, paragraphe 1, pour autant que soient mises en œuvre les mesures techniques et organisationnelles appropriées requises par le présent règlement afin de garantir les droits et libertés de la personne concernée (limitation de la conservation).

Ces données seront traitées de façon à garantir une sécurité appropriée des données à caractère personnel, y compris la protection contre le traitement non autorisé ou illicite et contre la perte, la destruction ou les dégâts d’origine accidentelle, à l’aide de mesures techniques ou organisationnelles appropriées (intégrité et confidentialité).

En Italie, il n’existait pas de loi sur la protection des données personnelles avant la transposition, qui a été réalisée par l’adoption de la loi du 31 décembre 1996 portant protection des personnes et des organismes publics et privés à l’égard du traitement de données à caractère personnel. Comme son nom l’indique, la loi italienne concerne les personnes physiques et les personnes morales. Par ailleurs, elle s’applique aux fichiers automatisés et aux fichiers manuels. Cependant, elle exclut certains traitements réalisés par les administrations publiques, et notamment par celle de la justice.

En revanche, le Portugal et le Royaume-Uni ont dû modifier leur législation pour transposer la directive 95/46/CE. Tous deux l’ont fait en 1998. Au Portugal, la transposition a exigé une révision constitutionnelle et s’est traduite par l’abrogation de la loi précédente, qui datait de 1991. La nouvelle loi portugaise concerne, quel que soit leur support, tous les fichiers, publics ou privés, manuels ou automatisés, comportant des données personnelles relatives aux personnes physiques. La nouvelle loi anglaise, qui concerne également les seules personnes physiques, a un champ d’application plus large que la loi précédente, qui datait de 1984 et qui ne visait que les fichiers automatisés. La loi de 1998 s’applique en effet aussi à certains fichiers manuels. De plus, elle vise toutes les données personnelles, quelles qu’elles soient (données textuelles sur support électronique, enregistrements sonores, images vidéo…). Dans l’attente de la publication des textes réglementaires nécessaires à son application, la loi de 1998 n’est pas encore entrée en vigueur.

Aux Pays-Bas, le gouvernement a déposé un projet de loi relatif à la protection des données personnelles. Après son adoption, ce texte devrait remplacer la loi actuelle, qui date de 1988. Le projet de loi du gouvernement néerlandais est assez proche de la directive. Il vise tous les fichiers, automatisés ou manuels, comprenant des données relatives aux personnes physiques, mais exclut certains fichiers publics, parmi lesquels ceux de la police, qui sont régis par une autre loi.

La directive 95/46/CE définit les données sensibles en prévoyant l’interdiction du  » traitement des données à caractère personnel qui révèlent l’origine raciale ou ethnique, les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques, l’appartenance syndicale  » ainsi que de celles  » relatives à la santé et à la vie sexuelle « . Elle assortit cette interdiction de tout traitement de quelques exceptions, parmi lesquelles le consentement explicite de l’intéressé et l’autorisation de la loi, du règlement ou de l’autorité de contrôle.

La loi de 1998 s’applique à toutes les données personnelles, quelle que soit leur nature, c’est-à-dire également aux enregistrements sonores et visuels. De plus, elle inclut dans son champ d’application les données comportant l’expression d’une opinion sur les personnes.

Comme la loi de 1984, celle de 1998 comprend un certain nombre d’exemptions. En particulier, les données relatives à la prévention et à la détection des crimes et celles concernant les procédures judiciaires en cours ainsi que les informations utilisées dans la lutte contre la fraude fiscale sont partiellement exclues du champ d’application de la loi : les principes de loyauté et de licéité du traitement, de non-révélation aux tiers, ainsi que le droit d’accès ne leur sont pas applicables lorsque cette application pourrait nuire à la lutte contre la criminalité ou contre la fraude fiscale.

La General Data Protection Regulation (GDPR), définitivement adoptée en 2016 au Parlement Européen représente donc un Big Bang en matière de réglementation de protection des données personnelles en Europe.

Résultat de recherche d'images pour "réglementation de protection de données personnelles"

 

 

Matière d’armement via une coopération européenne.

La France a consacré environ 10 M d’euros par an aux programmes d’armement durant la période couverte par la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Le projet de LPM en débat au Parlement prévoit une hausse de ces investissements pour la période 2019-2023 avec, en moyenne annuelle, 5 M d’euros pour la dissuasion nucléaire et 10 M d’euros pour les armements conventionnels. Les coopérations européennes permettent de disposer de matériels militaires innovants tout en réalisant des économies d’échelle et en soutenant la compétitivité de l’industrie européenne, mais leur réussite n’est pas garantie. 

En matière d’armement, les objectifs et les outils de pilotage des coopérations européennes.

La France est engagée dans 27 programmes en coopération européenne, représentant environ 2 M d’euros d’investissements annuels, dont les trois quarts pour les six programmes étudiés par la Cour. Les coopérations permettent, sur le plan budgétaire, de partager les frais de développement ; elles ont aussi pour effet de soutenir la compétitivité de l’industrie de défense et de contribuer ainsi à la préservation de l’autonomie stratégique européenne.

La France coopère avec trois partenaires principaux, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie. Le projet de LPM 2019-2025 traduit la volonté de relancer la coopération avec l’Allemagne pour les matériels aéronautiques et terrestres, de créer un partenariat avec l’Italie dans le domaine de l’industrie navale et de pour suivre la coopération avec le Royaume-Uni, notamment dans le domaine des missiles.

L’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (Occar) assure la maîtrise d’ouvrage déléguée de la majorité des programmes que la France partage avec des partenaires européens, notamment l’avion de transport A400M, l’hélicoptère Tigre, la frégate Fremm, les missiles antiaériens du programme FSAF et le système d’observation spatiale Musis. L’OCCAR (organisation conjointe de coopération en matière

Résultat de recherche d'images pour "Frégate fremm"d’armement) est dotée de principes de gestion innovants mais insuffisamment exploités, qui permettraient de concilier l’attente des États d’un retour géographique sur leur territoire des investissements consentis et le choix des industriels les plus performants. Le bilan de l’exécution des programmes d’armement conduits en coopération.La plupart des grands programmes en cours ont rencontré des succès technologiques, parfois remarquables, mais aucun n’a atteint la totalité des caractéristiques militaires espérées et n’a respecté son calendrier. Les programmes réalisés en coopération sont en outre affectés de travers propres, à savoir une durée plus longue que les programmes nationaux, des montages industriels complexes et la multiplication des versions d’équipements produits, en raison d’une harmonisation insuffisante des besoins militaires entre les États participants. Le partage des coûts de développement est le principal avantage des coopérations, mais il est compensé, dans l’état des pratiques observées, par des retards. En outre, le bilan industriel des coopérations européennes est contrasté. Certes, les grands programmes européens ont permis d’alimenter les bureaux d’études et les capacités de production d’entreprises européennes, mais ils n’ont pas encouragé l’intégration industrielle, inégale selon les secteurs d’activité. L’intégration, en effet, ne constitue pas un résultat automatique de la coopération. Les industries européennes de défense demeurent sous la double menace de la concurrence américaine et de celle des pays émergents.

La réussite d’une coopération européenne; Conditions.

Dans la conduite des programmes, la France s’est trouvée, plus souvent que ses partenaires, contrainte de négocier des réductions de commande et des étalements de livraisons pour permettre des économies budgétaires à court terme. Cette facilité, qui n’est pas moins utilisée pour les programmes nationaux, se traduit par un sous-équipement des armées au regard des ambitions initiales et des surcoûts unitaires importants.
Collectivement, les États ne laissent pas à leur maître d’œuvre délégué les leviers qui rendraient la gestion des programmes plus souple et plus réactive.
Afin que les prochaines coopérations réussissent, la Cour suggère deux orientations . C’est à dire harmoniser au maximum, avec les États partenaires, les besoins capacitaires et les calendriers budgétaires, afin de limiter le nombre de versions des matériels et de favoriser l’effet de série lors de la phase de production ,mais aussi renforcer l’influence française auprès des structures de l’Union européenne, en dédiant une équipe au sein de la direction générale de l’armement et en envoyant au sein de la Commission européenne davantage d’experts nationaux détachés, dans un contexte où l’Union européenne prend – ce qui est nouveau – des initiatives dans le domaine de l’armement, avec le projet de fonds européen de la défense. Elle formule par ailleurs trois recommandations comme privilégier un partenariat limité à deux, voire trois États partageant la même volonté de s’investir durablement et prêts à s’engager sur une maîtrise d’ouvrage et une maîtrise d’œuvre uniques; promouvoir l’OCCAR (organisation conjointe de coopération en matière d’armement) comme maître d’ouvrage délégué unique ainsi que de ne pas lancer de nouveau programme d’armement sans s’être au préalable assuré du réalisme de la programmation budgétaire associée. 

Résultat de recherche d'images pour "coopération européenne en matière d'armement"

 

Le rôle de l’école dans l’intégration sociale.

Le système éducatif, sujet qui revient régulièrement, contribue-t-il efficacement à l’apprentissage des règles sociales, à la diffusion d’une culture commune ? Favorise-t-il le « vivre ensemble » ?

Par l’homogénéisation des manières de penser et des représentations sociales, l’école permet faire vivre plus longtemps ensemble quatre générations dans des espaces plus étendus qui dépassent le cadre national et sont liés les uns aux autres. C’est aussi « vivre ensemble » les mutations inédites engendrées par les technologies numériques, les sciences du vivant, la crise écologique et leurs conséquences. C’est-à-dire : « Faire société ». Cela fait partie de ses missions. L’école a en charge la formation des citoyens : l’enseignement de la morale civique, par exemple, est censé inculquer aux nouvelles générations les valeurs d vivre ensemble, la tolérance, les principes de la laïcité. L’école transmet aussi les normes (ponctualité, respect de l’autorité), des valeurs (le sens de l’effort, de l’honnêteté, le gout de la réussite). Elle prépare aussi les individus de demain à leurs futurs rôles sociaux. Mais surtout, par la formation qu’elle dispense et les diplômes qu’elle distribue, elle joue un rôle déterminant dans l’obtention d’un emploi et donc dans l’intégration sociale.

Cependant, l’école semble avoir de plus en plus de difficultés à tenir ses fonctions d’intégration. Un taux élevé de jeunes en échec scolaire, fait plus qu’ailleurs dépendre la réussite scolaire de l’origine sociale et ne parvient pas à fournir des élites assez étoffées : en somme, il n’est ni juste, ni efficace.

Ces difficultés tiennent à la culture permanente du classement, à l’élimination précoce des plus faibles et à une grande tolérance aux inégalités et à leur reproduction. Ainsi, malgré des sommes importantes dépensées en matière d’éducation. L’école reste très inégalitaire. Les jeunes qui sortent de l’école sans diplôme ne peuvent que nourrir un fort ressentiment face à cette institution et parfois face à la société dans son ensemble. L’échec scolaire est très stigmatisant : quand « tout le monde a le bac », ne pas l’avoir est souvent source d’exclusion, notamment sur le marché du travail.

Enfin, face à des publics scolaires lus hétérogènes sur le plan social et culturel, l’école éprouve davantage de difficultés à transmettre une culture commune. L’institution scolaire, déscolarisation et parfois violences dans les comportements.

Résultat de recherche d'images pour "école"

 

Les jeunes Italiens fuient leur pays, pour rejoindre la France, la Belgique, ou là où un avenir est possible. 

Selon la Fondation Migrantes, quelque 40.000 Italiens âgés de 18 à 34 ans ont quitté en 2015 la péninsule pour tenter leur chance à l’étranger. Le taux de chômage est supérieur à 11 %, largement au-dessus de la moyenne de la zone euro (9,3 %), et chez les 15-24 ans, il atteint même 37 %, contre une moyenne européenne de 18,7 %. Les jeunes Italiens fuient leur pays, pour rejoindre la France, la Belgique, ou là où un avenir est possible.

Un salaire horaire de 14,87 euros/heure mis à proposition pour vivre « dignement » par le Parti Socialiste de Belgique.

Selon le président Elio Di Rupo, Laurette Onkelinx, Ahmed Laaouej et Frédéric Daerden, 9,65 euros seraient un montant « clairement insuffisant pour faire face aux dépenses de la vie courante », et ne protègeraient pas le travailleur contre la pauvreté ». Un salaire horaire de 14,87 euros/heure est donc mis à proposition pour vivre « dignement ». 2/4 de la population n’arrive pas à boucler leurs mois et faire face aux dépenses, et donc contraints à l’endettement ou voire même de se défaire de leur patrimoine. 30.000 euros par an sont donc soumis à proposition par les représentants PS, soit 2.305 euros bruts mensuels tout en sachant que le salaire médian est de 18,07 euros/ heure.

« Nous ne pouvons tolérer qu’un travailleur puisse être pauvre. Or, force est de constater que le salaire minimum interprofessionnel actuel ne protège pas le travailleur contre la pauvreté », affirment-ils.

La SPP de Belgique annonce une augmentation du revenu d’intégration sociale (RIS).

À partir du 1er juillet 2018, la SPP intégration sociale de Belgique annonce

  • une augmentation mensuelle de € 40 pour la catégorie 3 du revenu d’intégration (RIS) – personne qui cohabite avec une famille à sa charge:

Montant de base : € 10.754,07
Revenu d’intégration sur base annuelle au 1er juillet 2018 : € 14.763,19
Revenu d’intégration sur base mensuelle au 1er juillet 2018 : € 1.230,27

  • une augmentation de € 45 dans les frais de personnel pour l’ensemble des dossiers 
    « revenu d’intégration » (pas uniquement catégorie 3).

Qui peut voter aux élections communales et provinciales en Belgique?

Il faut avoir 18 ans au plus tard à la date des élections, pour pouvoir voter.

Nationalité
toute personne belge;
toute personne étrangère: les personnes qui viennent d’un état membre de l’Union européenne doivent s’inscrire sur les listes électorales (à l’administration communale) sauf si elles se sont déjà inscrites aux précédentes élections communales.
les personnes qui viennent d’un état non membre de l’Union européenne doivent s’inscrire sur les listes électorales (à l’administration communale) .
La procédure pour pouvoir voter est détaillée ci-dessous.

Résidence
Il faut être inscrit(e) au registre de la population ou au registre des étrangers de la commune belge de résidence.

Les personnes qui viennent d’un état membre de l’Union européenne (carte E ou E+) sont mentionnés au registre de population ce qui équivaut à une inscription à ce registre.
Les personnes qui viennent d’un état non membre de l’Union européenne doivent résider en Belgique, à titre principal, depuis 5 ans au moins.
Si un étranger, lors de l’introduction de sa demande (par exemple le 22 février 2012), ne satisfait pas encore à la condition des cinq années ininterrompues de résidence principale mais qu’il est susceptible d’y satisfaire avant le 31 juillet 2012, ou au plus tard à cette date, sa demande ne doit pas être rejetée. Par contre, la décision du collège des bourgmestre et échevins doit être reportée jusqu’à la date où l’étranger va remplir la condition de cinq années ininterrompues de résidence principale en Belgique.

Les personnes qui viennent d’un état non membre de l’Union européenne doivent disposer d’un titre de séjour légal en Belgique prouvant soit un droit d’établissement soit une autorisation de séjourner dans le royaume pour une durée indéterminée ou déterminée et être inscrites au registre de la population ou au registre des étrangers.

Satisfont à cette condition les étrangers non européens qui au moment de l’introduction de la demande, ont résidé en Belgique de manière ininterrompue depuis cinq ans au moins sous le couvert de:

d’une carte électronique C – carte d’identité d’étranger (ancienne carte jaune papier);
d’une carte électronique A (durée limitée) ou carte électronique B (durée illimitée) – (ancienne carte blanche) – certificat d’inscription au registre des étrangers;
d’une attestation d’immatriculation modèle A- carte orange
d’une annexe 35 – document spécial de séjour délivré lors d’une demande en révision dirigée contre une décision qui entraîne l’éloignement du Royaume.
– d’une carte D – résident de longue durée CE
– d’une carte F (carte de séjour de membre de la famille d’un citoyen de l’Union) ou F + (carte de séjour permanent de membre de la famille d’un citoyen de l’Union)

Documents de séjour:
(ou modèle B-carte mauve)
– annexe 15 (ou autorisation de séjour provisoire) sauf si elle a été délivrée à des étrangers travailleur transfrontalier
– annexe 19
– annexe 19 ter

Ils doivent avoir séjourné sous le couvert d’un de ces documents ou de plusieurs d’entre eux.

En ce qui concerne les réfugiés reconnus, la période entre l’introduction de la demande d’asile (délivrance d’une annexe 25 ou 26) et la décision positive de reconnaissance doit être prise en compte pour le calcul des cinq années.

Sources :

http://electionslocales.wallonie.be/electeur/qui-peut-voter

Résultat de recherche d'images pour "élections communales 2018"

Comment mon enfant vit-il un deuil?

Même si cela peut être difficile, il est essentiel de parler de la mort avec l’enfant lorsqu’elle frappe un être cher. Les réactions se feront suivant leurs âges, leurs caractères, leurs personnalités, les circonstances entourant le décès de la personne et de nombreux autres facteurs. Il n’est pas facile de parler de la mort avec un enfant. Pour l’aider à comprendre ce qu’est réellement la mort, il est recommandé d’aborder ce sujet avec l’enfant avant même qu’un décès survienne dans son entourage. À la suite d’un décès, l’enfant peut avoir différentes réactions. Il peut avoir de la peine et pleurer, refuser la mort de la personne décédée, ressentir de la colère envers la personne décédée, se sentir coupable ou abandonné, présenter peu de réactions mais aussi, démontrer des réactions d’amour ou même de soulagement. Peu importe sa réaction, ne le tenez pas éloigné de ce qui se passe. Il a lui aussi besoin de vivre son deuil, car votre enfant, tout comme vous, vivra différentes émotions.
Certains enfants peuvent toutefois se tourner vers une autre personne de confiance (ex. : une institutrice, un professeur ou  un éducateur) pour obtenir des réponses à leurs questions. Si votre enfant ne parle pas du décès, demandez-lui tout de même s’il a des questions. Invitez-le aussi à venir vous voir à tout moment s’il a d’autres questions. Le temps du deuil dépend du lien avec la personne décédée, mais ne se calcule pas. Cela ne signifie pas que l’enfant sera en détresse, mais qu’il doit apprendre à vivre sans la personne qui va lui manquer. Chaque deuil est unique, c’est pour cette raison qu’ il faut éviter de comparer les réactions d’un enfant à celles d’un autre. Votre enfant a toutefois besoin de se sentir rassuré et soutenu. Nommez vos émotions et parlez-en avec lui, restez à l’écoute, et s’il veut participer au rituel de deuil, laissez-le libre de le faire, mais ne l’y forcez pas. Conservez une routine, autant que possible, ne lui mentez pas. N’utilisez pas d’expressions comme « s’endormir», « partir » ou « s’en aller au ciel » pour expliquer la mort. Votre enfant pourrait avoir peur d’aller au lit, de crainte de mourir lui aussi. Prenez soin de vous et demandez de l’aide, au besoin, pour vous et pour votre enfant.
Si votre enfant n’est plus comme avant et qu’il présente différentes réactions comme faire de l’insomnie et des cauchemars; avoir peur de rester seul ou d’être dans le noir; souffrir d’anxiété de séparation et ne plus vouloir quitter la maison sans vous; avoir souvent des malaises, comme des maux de ventre ou des nausées; être plus agité; avoir perdu sa motivation, toutes ces réactions de votre enfant à l’égard du décès sont « normales », car elles sont pour lui un moyen d’exprimer ce qu’il vit. Si vous êtes inquiet, parlez-en à votre enfant. N’hésitez pas à demander de l’aide (ex. : psychologue, un(e) assistant(e) social(e), médecin, etc…) si votre enfant présente de grands changements de comportements ; vous parle de son intention de mourir ; développe des peurs qui l’empêchent de fonctionner ; et/ ou vous inquiète.
Pourquoi est-elle morte ? Vas-tu mourir, toi aussi ? Qu’arrive-t-il quand on meurt ? Tant de questions que peuvent se poser un enfant vivant un deuil. Expliquez-lui la vraie cause du décès et pour rassurer votre enfant, vous pouvez lui indiquer la personne que vous avez choisie pour prendre soin de lui s’il devenait orphelin, mais aussi que vous êtes prudent et en bonne santé. Toutefois, un enfant qui a vécu la mort d’un être cher a toujours peur de vivre un autre décès. Il est donc rarement tout à fait rassuré.
Aussi, la première certitude quant à la mort est qu’elle entraîne l’arrêt du fonctionnement du corps, et c’est ce qu’il faut faire comprendre à l’enfant. C’est une question de franchise, mais aussi de prévention du suicide. Il faut éviter de rendre la mort trop belle ou de donner à l’enfant la possibilité de décider de mourir pour aller rejoindre l’être cher. Par la suite, vous pouvez lui parler en précisant qu’il s’agit de croyances, comme par exemple : « Je crois que l’amour de papa vit autour de toi. »

Résultat de recherche d'images pour "le deuil des enfants"

L’économie de la Palestine; le taux de pauvreté s’élève à 18 % dans les territoires palestiniens.

L’économie palestinienne est avant tout dépendante de l’évolution du processus de paix au Proche-Orient . 80 % des échanges extérieurs et du déficit sont réalisés avec Israël. Le déficit commercial palestinien est passé de 800 millions de dollars en 1990 à 1,4 milliard de dollars en 1996 et à 1,7 milliard en 1998. Autre dépendance: celle à l’égard du secteur agricole. Il a représenté jusqu’aux années 1990, un quart du produit national brut et employait 40 % de la population active palestinienne. Si sa part s’est réduite en 1993 à 15 % du PNB et 22 % de la population active, c’est toujours plus que l’industrie qui souffre d’infrastructures et d’investissements publics et privés  insuffisants (davantage tournés vers l’habitat). L’économie palestinienne dépend également fortement de l’aide internationale.

L’économie Palestinienne c’est aussi 95% d’eau non- potable, 4 heures d’électricité par jour, 45% de chômage, 46% d’enfants souffrant d’anémie, 50% d’enfants n’exprimant aucune volonté de vivre, 2 millions d’individus privés de libertés de mouvement.

Les Palestiniens de Cisjordanie ou de la bande de Gaza reçoivent l’une des plus importantes aides internationales au monde. L’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient – UNRWA – United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East en anglais) et l’Union Européenne en sont les principaux contributeurs. Depuis les années 2000, l’Union européenne a financé l’UNRWA d’ 1,6 milliard d’euros. Les aides internationales permirent de sauver l’économie locale et d’installer l’administration palestinienne.

C’est l’aide internationale, en particulier, qui a permis à l’Autorité palestinienne d’entretenir une administration pléthorique. Les salaires ainsi versés, et pour une large part redistribués ensuite au sein de la population, contribuent au maintien du niveau de vie à un niveau tolérable. Mais l’appareil de l’Autorité palestinienne est disproportionné : à la fin de l’année 2002, on comptait 122 000 fonctionnaires. Et cet appareil est surtout inégalement réparti : au cours de l’année 2002, révèle le rapport, 46 % du budget palestinien ont été affectés au bureau du président (Yasser Arafat), aux services de sécurité et aux médias, alors que les services sociaux devaient se contenter de 36 % du total.

En 2006, à la suite de la prise de la bande de Gaza par le Hamas, l’Union européenne envisage de verser directement les aides aux Palestiniens, malgré la critique d’ OXFAM (Oxfam International – OXford Committee for Famine Relief – confédération composée de vingt organisations indépendantes de même sensibilité qui agissent « contre les injustices et la pauvreté ». Elles travaillent ensemble et en collaboration avec des partenaires locaux répartis dans près de cent pays).

En 2007, à la suite de la conférence de Paris, 7,7 milliards de dollars (53 % par des pays européen) sont versé pour soutenir les réformes et les programmes de développement. Le Hamas (considéré par l’Union Européenne comme une organisation terroriste), qui n’avait pas été invité à la conférence, a qualifié la conférence de « déclaration de guerre ».

À la suite de la guerre de Gaza de 2008-2009, 4,5 milliards de dollars sont collectés pour les reconstructions de la bande de Gaza et sont utilisés par le Hamas. En 2008, Mahmoud Abbas visite l’Inde, et reçoit 20 millions de dollars d’aide du gouvernement indien.

L’autorité palestinienne aurait reçu 525 millions de dollars d’aides internationales durant les 6 premiers mois de 2010, 1,4 milliard de dollars en 2011 et 1,8 milliard dollars en 2008.

Secteurs de l’économie:

Secteur (% PIB) 1985 1994 1995 2002 2007
Agriculture 29 14 10 10 8
Service 11,5 11,5 11,5 11,5 11,5
Industrie 8 12 17 12 16

En 2011, le taux de pauvreté s’élève à 18 % dans les territoires palestiniens.

De nombreux entrepreneurs palestiniens et arabes investissent depuis une décennie dans des projets de modernisation ( salle de cinéma, centre commerciaux, magasin de voiture de luxe, …) ainsi qu’érigent des habitations luxueuses, dont fait notamment partie le milliardaire palestinien, Munib al-Masri. En 2010, Ramallah accueille son premier hôtel cinq étoiles Mövenpick.

Selon l’ONU, en 2014, il y’avait 762,288 réfugiés de L’UNRWA dans 19 camps de la Cisjordanie. 99,8 % des habitations sont connectées au réseau hydrographique et 87 % au système de traitement des eaux usées. Cependant en 2013 environ 70 % des réfugiés vivent en dehors des camps.

Les aides au développement s’élèvent à 2 milliards de dollars par an et les Palestiniens reçoivent ainsi une des plus importantes aides par personne. Khaled Abu Toameh, estime que depuis sa création l’autorité palestinienne a reçu 25 milliards d’aide au développement. La durée de vie passe de 48 ans en 1967 à 76 ans en 2015, et le taux de mortalité à la naissance passe de 60/1000 à 13/1000 naissances en 2015. Le taux d’alphabétisation est quant à lui à 96,5 %. En 2011, le taux de pauvreté s’élève à 18 % dans les territoires palestiniens.

Depuis 1967 jusqu’en 1995 (signature des accords d’Oslo), la capacité d’eau fournie aux Palestiniens augmente de 66 à 120 millions de mètres cubes chaque année. Le réseau hydrographique installé par Israël fourni de l’eau à 96 % de la population de Cisjordanie. L’autorité palestinienne manque néanmoins de système de traitement des eaux usées (construction prévue par les accords d’Oslo) et devrait réparer son système de distribution avec 33,6 % des eaux qui sont perdues du fait de fuites, selon ses propres données.


C’est la même eau qui circule sur terre; le cycle de l’eau.

Image associée

– Action du soleil : la chaleur transforme l’eau en vapeur, un gaz invisible suspendu dans l’air (du liquide au gaz.. ) évaporation.

– La vapeur d’eau s’élève, refroidit et se transforme en minuscules gouttes d’eau (condensation) qui se regroupent pour former les nuages. (du gaz au liquide…).

– Les nuages s’accumulent sur les reliefs, poussés par le vent ; la température refroidit ; l’eau des nuages retombe alors sous forme de pluie (précipitations), de neige ou de grêle, selon la température.

– Ruissellement de l’eau en surface (une partie peut s’enfoncer dans la terre et former des nappes souterraines), les rivières grossissent et se jettent dans les fleuves infiltration.

– Les fleuves se jettent alors dans la mer… Et le cycle recommence !

C’est la même eau qui circule sur terre. c’est le cycle de l’eau.

– Sous l’effet du soleil et du vent, l’eau des océans se transforme en vapeur d’eau.

– En montant dans le ciel, la vapeur rencontre un air plus froid et forme des gouttelettes d’eau. Ces gouttelettes se rassemblent pour former les nuages.

– L’eau des nuages retombe sous forme de pluie, de neige ou de grêle selon la température.

– L’eau de pluie tombe dans le sol, dans les rivières et les fleuves. Les fleuves se jettent dans la mer.

Image associée

Lien vers les vidéos Média Studio Online, via la chaîne YouTube :

Abonne toi via:

https://www.youtube.com/channel/UCXG3wAum62apqbep-GLmpDg

La déflation ; augmentation de chômage.

La déflation, que l’on peut définir comme une période de baisse durable et auto- entretenue du niveau général des prix, peut se traduire par une augmentation du chômage. Pour le comprendre, on peut faire intervenir la notion d’anticipation. Si les agents économiques sont convaincus que les prix vont continuer à baisser, ils vont reporter leurs achats et leurs investissements à plus tard, ce qui va freiner la demande. Par ailleurs ; dans un contexte de déflation, on va épargner davantage, car la monnaie gagne en pouvoir d’achat au fil de la baisse des prix, ce qui va déprimer un peu plus la demande. Les salaires nominaux diminuent, ce qui – par un effet psychologique, et ce même si les salaires réels sont stables – conduit les ménages à restreindre leurs achats. Enfin, les prix diminuant, beaucoup d’entreprises font faillite ou cherchent à liquider leur stock en baissant encore un peu leurs prix. Tous ces événements viennent déprimer la demande globale, poussent la récession et provoquent une montée du chômage.

Image associée

 

Lien vers les vidéos Média Studio Online, via la chaîne YouTube :

Abonne toi via:

https://www.youtube.com/channel/UCXG3wAum62apqbep-GLmpDg

Économiquement; la Suisse.

L’économie de la Suisse figure parmi les plus prospères et les plus développées au monde en dépit de l’absence de matières premières et de son absence de débouché maritime. Le taux de chômage y est structurellement bas, de même que le taux d’inflation. L’industrie, tournée vers l’exportation, est largement spécialisée dans les produits à haute valeur ajoutée.

Comme la plupart des pays européens, la Suisse est essentiellement un pays de petites et moyennes entreprises (PME) occupant moins de 500 personnes, phénomène renforcé par le développement du secteur tertiaire : plus de 99 % des entreprises privées non agricoles étaient ainsi des PME en 2005, un chiffre qui a peu varié depuis la seconde moitié du xxe siècle. L’évolution du nombre moyen d’emplois à temps plein ne montre pas de tendance à la concentration malgré le dynamisme accru des grandes entreprises privées.

La philosophie de politique économique des autorités est de conception libérale et non interventionniste, ce qui se traduit par une défense du libre-échange, l’absence relative de secteurs subventionnés à l’exception notable de l’agriculture et des transports et une politique régionale dite « prudente ».

 

La choucroute et son origine.

Le temps de la Chine antique fut l’origine la plus lointaine du chou fermenté. Le chou fermenté, qui constituait la nourriture de base pour les constructeurs de la grande Muraille de Chine au 3e siècle avant J-C. Ils auraient laissé par hasard fermenter du chou durant un hiver très rude.

Son origine remonte plus précisément au 13ème siècle où elle été désignée sous les termes « Gumbskrüt » puis « Sauergrappe » avant l’adoptionde la forme allemande « Sauerkraut » au 16ème siècle. Elle se transformera en Sürkrüt en alsacien puis en « choucroute » lors du passage de l’Alsace à la France.

Les choux verts constituent une part importante de l’alimentation du peuple depuis le moyen Age. La date exacte à laquelle on commença à saler les choux pour les conserver l’hiver est encore ignorée à ce jour. Depuis le Moyen-âge et jusqu’au 18e siècle le chou était systématiquement épicé de baies de genièvre, de sureau, d’aneth, de sauge, de sarriette, de fenouil, de cerfeuil, de persil et de raifort. La choucroute prend un essor considérable au 19e siècle et devient donc le plat de fête par excellence en Alsace. Elle sera alors épicée de baie de genièvre et de feuilles de laurier uniquement.

Le chou à choucroute se cultivait essentiellement dans le secteur de Blaesheim, de Krautergersheim et de Geispolsheim sous le 2nd Empire et la période allemande, mais on en trouve un peu partout. La choucroute est avant tout un modèle de conservation réussi et profondément ancrée en Alsace, banalisée dans sa forme garnie et riche, caricature de l’alimentation de l’alsacien.

La Choucroute est, aujourd’hui, un plat classique des brasseries parisiennes, tout comme de la gastronomie allemande et alsacienne.

Résultat de recherche d'images pour "le choucroute"

 

Rollin Mélanie

Les séances d’un conseil municipal sont, par principe, publiques (art. L. 2121-16, al. 1, du Code général des collectivités territoriales.)

Code général des collectivités territoriales, ce qui implique le libre accès du public.

La réunion à huis clos est, par conséquent, réservée aux cas exceptionnels, lorsque certaines questions ne peuvent sans danger pour les intérêts communaux être discutées en public. Le huis clos peut être ordonné dans n’importe quel domaine, mais il doit être justifié par un intérêt public.

En pratique, la décision du huis clos doit reposer sur un motif valable et justifié. Longtemps, le juge administratif a considéré que l’opportunité de la décision de huis clos ne pouvait pas être discutée. Aujourd’hui, le juge administratif exerce un contrôle restreint sur une telle décision. Le Conseil d’État a ainsi annulé une délibération adoptant le budget primitif, votée en comité secret, au motif que la réalité des incidents qui justifiaient une telle mesure n’était pas établie.

Désormais, un juge peut donc être amené à vérifier que la décision de siéger à huis clos ne repose pas sur un motif matériellement inexact, qu’elle n’est pas entachée d’erreur de droit, d’erreur manifeste d’appréciation ou de détournement de pouvoir. À défaut, les délibérations prises dans le cadre du huis clos seraient illégales.

Carotte un jour, carotte toujours…

Bon pour la peau et la vue, comme nombreux d’entre nous le savons déjà, ce légume orange possède des propriétés aux bienfaits divers. Consommer son jus, c’est pouvoir profiter et bénéficier de toutes les bonnes choses de ce légume cru qui sont nettement supérieures à ce qu’il contient quand il est cuit. Fortement consommé à travers le monde, la carotte contient environ 500 agents photochimiques (photochimie: partie de la chimie qui étudie les réactions chimiques sous l’action de la lumière), bien plus que la plupart des aliments mondiaux. On pourra distinguer les « bêta-carotènes » qui donnent à la carotte sa couleur orange composé de nutritifs solubles permettant par exemple au foie de métaboliser la vitamine A. Puissant antioxydant, un verre de jus de carottes nous apporte 70% des besoins basiques pour un adulte, en vitamine A.

Capable de protéger notre vue et d’éviter la survenance de maladies dégénératives, la vitamine A permet aussi le développement osseux et dentaire, et réduit le risque de maladie cardiaques. Il maintient nos fonctions cellulaires dans un état optimal et aide notre corps à résister aux infections et équilibre notre pression artérielle.

Résultat de recherche d'images pour "jus de carottes"Particulièrement riche en flavonoïdes, une tasse de jus de carottes contient environ 5,9 mg d’alpha-carotènes, de très bons antioxydants. Il dispose aussi de la capacité de prolonger notre durée de vie et à éviter le cancer du poumon. Les carottes contiennent également de nombreux autres éléments, comme de la vitamine K, la vitamine C, des fibres, du potassium, la vitamine B6, du manganèse, du molybdène, la vitamine B1 (thiamine), la vitamine B3 (niacine), phosphore, Du magnésium, et du folate. Une consommation journalière, ce jus possède tous les avantages en plus des propriétés de ses nutriments principaux.

Crue et entière, elle permet de nettoyer nos dents et nos gencives. Mixée, elle permet de dynamiser le flux sanguin dans la bouche et ainsi d’éviter la fixation de bactéries sur nos dents. Contenant aussi du fluor, elle peut aussi prévenir de l’apparition des caries et conserver notre émail dentaire dans un état optimal.

Elle stimule notre appétit et nous aide à combattre la constipation, par sa bonne quantité de fibres qui augmentent le volume et la qualité des selles, tout en régulant le travail de nos intestins. Composé en majorité d’eau, c’est une excellement nouvelle pour ceux qui souffrent de rétention d’eau, œdèmes ou problèmes rénaux.

En période de stress intense, et/ou que vous vous sentez très fatigué, le phosphore et le potassium qu’il contient sont responsables de ses effets énergétiques et revitalisants.

La carotte est aussi très bon pour la fortification des ongles et donne une brillance incomparable à vos cheveux, et par sa provitamine A, elle aide l’organisme à réparer les cellules endommagées par la pollution environnementale ou par le contact avec des substances chimiques.

La vitamine A et les béta) carotènes ont le pouvoir d’améliorer la qualité biologique du lait maternel et d’en augmenter la production, ce qui favorise donc les besoins de l’enfant.

La carotte protège aussi notre rétine et prévient l’apparition de cataractes. Il est donc recommandé aux patients souffrant d’une perte d’acuité et de cécité d’en consommer à volonté.

Résultat de recherche d'images pour "carottes et lunettes"

 

 

@Rollin Mélanie

Les violences historiques du libéralisme Français entre 1975 et 1981…

  •  Assassinat du juge François Renaud la nuit du 2 au 3 juillet 1975.

Dans la nuit du 2 au 3 juillet 1975, Le juge François Renaud était abattu de plusieurs balles en bas de son domicile de Lyon, par trois hommes cagoulés qui réussirent à prendre la fuite. L’annonce de sa mort fut un choc. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, c’était la première fois, qu’un juge était assassiné en France. Nommé premier juge d’instruction du palais de justice de Lyon en 1972, après avoir fait ses classes en Afrique, François Renaud était surnommé « le shérif » de par ses méthodes fermes et peu orthodoxes pour régir les instructions. Charmeur et homme à femmes, il était aussi un des fondateurs du syndicat de la magistrature créé dans le sillage de Mai 68.

  • Affrontements d’Aléria en Corse le 22 août 1975 dont les nombreuses victimes se trouvaient dans les forces de l’ordre, d’où l’affrontements entre nationalistes et la gendarmerie concernant l’exploitation de travailleurs sans papiers et des terres corses afin de satisfaire la vente de vin trafiqué sur le continent. 

Témoignage d’ Edmond Simeoni, homme politique français, né le 6 août 1934 à Corte en Haute-Corse ; il se réclame du nationalisme corse.

 

  • Assassinat d’Henri Curiel, militant tiers-mondiste, en plein cœur de Paris à sa sortie de son domicile, le 4 mai 1978, toujours par les hommes de main du SAC.

Soutenant le Front de libération nationale (FLN, indépendantiste), Henri Curiel, né en 1914 au Caire, pendant la guerre d’Algérie avait rejoint le réseau fondé par Francis Jeanson, « Les porteurs de valise ». Il fut arrêté en 1960, puis libéré après la signature des accords d’Évian qui mettait fin à la guerre d’Algérie. Il fut l’une des chevilles ouvrières des mouvements de libération des années 1960 et 1970 en Afrique, Asie et Amérique latine. Assassiné le 4 mai 1978 à la sortie de son domicile par deux hommes armés, son meurtre avait été revendiqué par un mystérieux groupe d’extrême-droite nommé « Delta », mais les auteurs n’ont jamais été identifiés. L’enquête avait été rouverte dans les années 2000 sur la base de nouveaux témoignages après un non-lieu en 1992, avant d’être une nouvelle fois classée sans suite en 2009.

  • Affrontements de Longwy en Lorraine le 23 mars 1979, sur fond de désindustrialisation du secteur sidérurgique, qui avait fait des centaines de blessés dans les rangs des manifestants. C’était un épisode de la République de Longwy matée dans la violence policière d’Etat
  • Premières émeutes urbaines à Vénissieux, aux Minguettes et Vaux en Velin dans le Lyonnais en 1979. Tous les problèmes soulevés à l’époque ne sont pas résolus en 2018, et se sont mêmes aiguisés, particulièrement la ségrégation spatiale et ethnique, ghettoïsation sociale et économique, et par conséquent forme un creusement des inégalités.
  • Assassinat de Pierre Goldman, écrivain et militant antifasciste, le 20 septembre 1979 à Paris, à sa sortie de son domicile. Revendiqué par un groupe d’extrême droite et des anciens du SAC.
  • Mort suspecte, du ministre d’Etat Robert Boulin, le 30 octobre 1979 à Rambouillet.
  • Assassinat du juge Pierre Michel, le 21 octobre 1981 à Marseille, qui luttait énergiquement contre les réseaux mafieux. La famille attend toujours que justice rendue. 

Epoque de la révolution libérale, menée en France par Raymond Barre, celui-ci dérégule le marché du travail. C’est le début de la désindustrialisation de masse et des plans énergiques de suppression d’emplois, de maximisation des profits et des dérégulations fiscales et financières. En Espagne, au Portugal et en Grèce, les dictatures tombent pour laisser place à des démocraties représentatives et libérales.

Certains crimes n’ont, à ce jour, toujours pas été élucidés…

 

Rollin Mélanie

 

Reformes Hartz I et Hartz II ; la pauvreté en forte augmentation pour 40% des citoyens Allemands.

Parmi les États membres de l’UE, l’Allemagne est le pays qui connait le plus fort taux de chômeurs en risque de pauvreté, devant la Lituanie. La moyenne de la zone euro est beaucoup plus basse, sans parler de la France ou de la Finlande qui ferme la marche avec 37,3%.

Depuis 2003, l’économie allemande a créé 2,5 millions mini-jobs sous les réformes Hartz, également connues sous « Agenda 2010 ».

Mini-jobs et midi-jobs désignent des contrats à salaire modéré, qui correspondent à un faible nombre d’heures travaillées. Les mini-jobs existaient avant les lois Hartz, la loi Hartz II a augmenté leur plafond maximum de salaire de 325 € à 400 € mensuel et a créé un échelon supérieur, les midi-jobs, avec une limite de salaire de 800 €. Les mini-jobs sont soumis à des cotisations sociales salariales nulles ou réduites. Le taux de cotisations patronales pour un emploi rémunéré en-dessous de 400 € mensuel est supérieur à celui d’un emploi salarié « normal » (environ 28 % au lieu d’environ 20 %, taux de cotisation patronal de droit commun). Une personne en mini-job n’a pas de droit au chômage et elle a des droits optionnels à la retraite : si le salarié en mini-job le souhaite, il peut s’acquitter d’une cotisation-retraite réduite de 4,9 % qui ouvre des droits similaires aux cotisations de droits communs. Un emploi mini-job n’ouvre pas de droits maladie dans la mesure où l’employeur ne verse pas de cotisations sociales à l’assurance-maladie. La personne peut néanmoins bénéficier d’une couverture maladie si elle a une autre activité qui lui ouvre des droits ou si elle reçoit des droits d’une autre personne de sa famille. Les midi-jobs sont soumis à un barème progressif de cotisations sociales jusqu’à atteindre le taux plein lorsque le salaire atteint 850 €. Une personne en midi-job a globalement les mêmes droits qu’un salarié soumis pleinement à cotisations sociales. Une croissance marquée de ces dispositifs, ainsi que des ein-euro jobs (dispositif d’insertion dans le secteur non marchand créé par la loi Hartz IV dans lequel le bénéficiaire continue de percevoir son allocation en plus d’une « compensation » d’au moins un euro de l’heure pour un travail d’utilité publique), peut être observée depuis 2004 :

• les effectifs en mini-jobs exercés en sus d’une activité rémunérée (déjà comptabilisés dans les chiffres d’emploi du fait de leur activité principale) ont fortement progressé, de 840 000 personnes, passant de 1,69 million de personnes en 2004 à 2,53 millions en 2011 ; ceux exercés comme seule activité ont en revanche augmenté de seulement 81 000 entre 2004 et 2011 (à 4,9 millions, dont 66 % de femmes) ;

• les effectifs en midi-jobs ont crû de 1,19 million en 2007 à 1,37 million en 2011 (dont 74 % de femmes) ;

• dès leur première année pleine d’existence, en 2005, les personnes occupants des ein-euro-jobs ont été plus de 200 000 ; le dispositif a continué de monter en charge jusqu’en 2009, avec plus de 320 000 emplois de ce type, puis a enregistré un fort recul en 2011, à 188 000.

En bref, cette progression de l’emploi a conduit à une baisse de 5 points du taux de chômage. Cependant, la pauvreté gagne une bonne partie des actifs allemands. Le nombre d’heures travaillées par 1/5e des Allemands sont en baisses constantes pour un salaire à 11 euros de l’heure. Le nombre de personnes cumulant deux emplois pour faire face au risque de pauvreté est de ce fait en progression. Plus de 2,2 millions d’Allemands ont un double emploi, près de deux fois plus qu’en France.

 

Rollin Mélanie

La révolution au bicarbonate de soude.

Naturelle, écologique et économique, blanche, en poudre et extrêmement soluble, dilué dans un peu d’eau et vaporisé sur les taches ou mélangé à sa lessive en poudre, le bicarbonate est un précieux allié pour laver le linge. Avec quelques pincées de bicarbonate de sodium sur un chiffon humide la vaisselle et l’argenterie seront brillantes naturellement et sans efforts, ainsi que pour récupérer une casserole brûlée en laissant le mélange agir une petite demi-heure avant de frotter. On peut s’attaquer à toute la maison pour un nettoyage efficace et écologique. Plaque de cuisson, évier, baignoire, mur de douche, tout y passe. Plus encore, on utilise le bicarbonate pour désinfecter les toilettes.

Véritable piège à odeur, on peut en remplir une coupelle et la placer dans le réfrigérateur pour neutraliser les odeurs, on peut aussi s’en servir pour rafraîchir des chaussures un peu trop odorantes. Mélangée à une cuillère à café de bicarbonate, On améliore la longévité de son bouquet de fleurs et donc le conserver plus longtemps.

99 % des impuretés de la peau des végétaux sont éliminées en lavant efficacement et naturellement les fruits et légumes. Leurs belles couleurs sont aussi gardées lors de la cuisson en utilisant une petite quantité de bicarbonate lors de la cuisson.

Il peut servir aussi à faire lever une pâtisserie. Une astuce dont ne se privent pas les chefs pâtissiers pour améliorer la texture de leurs desserts. Et ce n’est pas le seul service que peut vous rendre le bicarbonate de soude en cuisine. Avec une seule pincée vous réussirez à coup sur vos blancs en neige. Le bicarbonate s’invite partout, jusque dans vos trousses de toilette. Pour des dents plus blanches, ajouté de quelques gouttes de jus de citron, on l’utilise comme un dentifrice classique. Néanmoins ,deux à trois fois par mois, maximum , pour ne pas agresser l’émail. En plus de tout récurer du sol au plafond, le bicarbonate permet de lutter contre les remontées acides, et facilite donc la digestion. Il est aussi un très bon insecticide totalement naturel qui vous permettra de prendre soin de votre jardin sans l’inonder de produits chimiques.

Image associée

Les agents des impôts ont décidé de suivre eux aussi, les cheminots, les étudiants, les éboueurs dans le mouvement de contestation…

L’agent des impôts, en contact direct et permanent avec les contribuables a un goût certain pour les chiffres. Il doit également assurer les redressements fiscaux
L’agent des impôts est donc polyvalent et il doit assurer plusieurs fonctions comme, fixer le montant des impôts et des différentes taxes, vérifier et contrôler les déclarations fiscales et le paiement des impôts, contrôler les particuliers et les professionnels concernant le paiement de leurs impôts et les redresser fiscalement en cas de fraude.

Cependant , 60 à 80 milliards d’euros par an de fraude fiscale ont été recensé en France. Un manque certain de personnel se fait sentir d’où plus de 1 600 postes supprimés en neuf ans rien que dans le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, par exemple. Les agents des impôts ont de plus en plus de mal à effectuer leur travail. Si la charge de travail des agents a diminué artificiellement grâce à un allègement des contrôles, et à l’utilisation de nouveaux logiciels, tous ne cessent de compter leurs heures supplémentaires. Rares sont ceux, qui à temps plein, ne dépassent pas largement les 39 heures de travail hebdomadaires, afin d’effectuer leur travail correctement dans les délais imposés par leur hiérarchie. Soit travailler plus, sans en gagner plus, en attendant de gagner moins car ces heures supplémentaires ne leur sont pas payées et doivent être récupérées en ARTT (aménagement et réduction du temps de travail), sans compter que la charge de travail est toujours présente au retour de ce jour de repos mérité ! Ils ont donc décidé de suivre eux aussi, le mouvement de contestation avec les cheminots, les étudiants ou encore les éboueurs pour une plus forte mobilisation.

Ce 21 mars, au centre psychiatrique, des représentants de la psychiatrie de Belgique mais aussi de France ont signé une charte visant une collaboration politique.

 

Mercredi 21 mars, des psychiatres des hôpitaux psychiatriques de Belgique et de France ont signé une charte dans le centre Dr Guislain à Gand afin de ratifier la collaboration entre les psychiatres des deux pays. Ils souhaitent ainsi créer un forum afin d’échanger des expériences et des connaissances et pouvoir peser sur l’évolution des soins de santé.

« Dans le processus actuel de désinstitutionalisation des soins psychiatriques, les moyens financiers des hôpitaux psychiatriques sont utilisés pour financer des équipes de soins à domicile », rapportent les Drs Geert Bosma et Jean-Louis Feys, respectivement président de la VVAPZ (Vereniging van de Vertegenwoordigers van Artsen verbonden aan de Vlaamse Psychiatrische Ziekenhiuizen) et président de la CMCHPBW (Conférence des Médecins-Chefs des Hôpitaux Psychiatriques de Bruxelles et de Wallonie).

« Pour poursuivre le processus, les autorités envisagent à nouveau à une affectation de moyens et donc à une plus ample diminution des lits hospitaliers psychiatriques, sans indiquer combien de lits au total devront fermer. Cela signifie que la place et la fonction de l’hôpital psychiatrique risque d’être mises en péril. Ce faisant, des patients porteurs de problématiques plus complexes et plus lourdes auront un accès réduit au traitement spécialisé dont ils ont besoin. Il faut absolument en tenir compte dans la poursuite du processus de désinstitutionnalisation des soins de santé mentale » , poursuivent les psychiatres.

Les dépenses de l’UE, pourquoi faire et surveillées par qui?

L’UE est active dans de nombreux domaines, des droits de l’homme aux transports, en passant par le commerce extérieur. En matière de développement durable par exemple, une nouvelle conception de l’intérêt général est appliquée pour favoriser la croissance économique et reconsidérée à l’échelle mondiale en prenant en compte les aspects environnementaux et sociaux d’une planète globalisée.

La Commission a mis en place de solides mesures de contrôle interne afin de s’assurer que les fonds sont dépensés de manière efficace et efficiente.

Étant donné que 80 % du budget de l’UE sont gérés par des autorités nationales ou régionales, les États membres jouent eux aussi un rôle important en veillant à faire respecter les règles et en s’employant à détecter et à traiter les fraudes et irrégularités.

De plus, après la fin de chaque exercice financier, le Parlement européen se prononce sur la manière dont la Commission a dépensé le budget.

Le budget de l’UE est un outil important servant à mettre en œuvre les politiques de l’Union. Il procure des fonds pour des actions que les États membres ne peuvent pas financer par eux-mêmes ou qu’ils peuvent financer de manière plus économique en mettant leurs ressources en commun.

Le budget de l’UE est adopté à l’issue d’une procédure démocratique: élaboré par la Commission européenne (l’organe exécutif de l’UE), il est ensuite examiné et approuvé par le Conseil de l’UE (qui représente les États membres, dont la Belgique) et par le Parlement européen (où siègent notamment les députés belges, élus démocratiquement).

Une fois adopté, le budget est géré soit conjointement par les États membres et la Commission, soit directement par la Commission.

Dans la pratique, 80 % du budget de l’UE sont gérés par des autorités nationales et régionales. Sous la forme de subventions, de prêts et d’autres types de financements, le budget de l’UE procure une aide financière à des centaines de milliers de bénéficiaires, tels que des étudiants, des scientifiques, des organisations non gouvernementales (ONG), des petites et moyennes entreprises (PME), des municipalités, des régions, etc.

la Cour des comptes européenne passe chaque année la comptabilité de l’Union en revue. Depuis plusieurs années, la Cour confirme la bonne tenue des comptes de l’Union, mais fait également état d’erreurs dans les procédures (par exemple des erreurs dans la comptabilité de participants aux programmes nationaux ou des demandes de remboursement pour des dépenses non éligibles). La présence d’une erreur ne signifie pas que les fonds octroyés par l’Union sont perdus, gaspillés ou affectés par une fraude. Une grande partie de l’argent dépensé par erreur est récupérée.

 

Les parkings souterrains; ni bons pour notre environnement, ni notre santé.

Les parkings souterrains représentent de grands risques sanitaires en lien avec les niveaux de pollution de l’air. Des expositions aiguës ou répétitives, en particulier au monoxyde de carbone et au dioxyde d’azote, accroîssent les effets néfastes pour la santé, par conséquent résulteraient d’une diminution d’oxygène disponible dans le sang et le système respiratoire, notamment chez les plus sensibles, les enfants, personnes âgées, et chez les asthmatiques. Aussi, des expositions chroniques principalement dues au benzène (cancérogène de catégorie 1) et au dioxyde d’azote, et dans une moindre mesure aux particules fines (PM10) sont aussi connues pour leurs effets sur nos systèmes respiratoire et cardiovasculaire ainsi que des irritations oculaires et nasales par le formaldéhyde.  Aussi, parmi certaines activités professionnelles de l’exploitation de parkings souterrains (accueil, surveillance, entretien) et le nettoyage de véhicules, car eux aussi sont largement concernés, apparaissent les plus exposés. Ces deux activités présentent globalement les durées de travail dans le parc, et donc d’exposition, les plus élevées. Les parkings souterrains ne sont donc ni bons pour notre environnement ni notre santé!

Suite à la forte mobilisation pour l’hôpital de Sedan de ce 24 mars 2018 : la maternité est sauvée!

Suite à l’actualité précédente, le risque se portait sur la fermeture de la maternité, la cardiologie, les gardes des urgences seraient soupçonnés, et ainsi, provoquerait la disparition programmée de lits d’hospitalisation en néonatologie, pédiatrie, et chirurgie. Des informations qui seraient censées propulser l’avenir des services du Centre hospitalier de Sedan via des mesures d’un plan de performance qui seraient totalement déconnectées de la réalité. La première hypothèse selon une syndicaliste, prévoirait la fermeture du pole mère-enfant, les services de médecine spécialisés, c’est-à-dire, la cardiologie, la pneumologie mais aussi l’hospitalisation traditionnelle en chirurgie qui provoquerait la disparition de 70 emplois titulaires et 90 emplois contractuels. D’autre part le maintien de la maternité qui n’assurera plus les accouchements à risques. L’établissement affichait un déficit de 4 millions d’euros en décembre 2017 d’où un plan de performance pour un regroupement hospitalier et l’hôpital de Sedan. Le personnel, élus et usagers doutent, mais craignent aussi forcément que ce plan ne comprend que des mesures à restructurer drastiquement, via une réduction intense du nombre de lits en pédiatrie et la fermeture des urgences de nuit. Jusqu’ici, l’hôpital de Sedan accueillait treize internes. Des contractuels seront en première ligne. Des contrats ne seront donc pas renouvelés, et des départs en retraite ne seront pas remplacés. Le personnel ressent déjà les conséquences de précédents plans de financement qui ont déjà eu des résultats négatifs comme l’obligation de faire sortir les patients directement après opération, ce qui va à l’encontre de ce pour quoi ils font leurs métiers. Les syndicats ne comprennent toutefois pas l’enveloppe de 300 000 euros qui doit servir à la rénovation de l’internat…

Aujourd’hui, suite à la mobilisation pour l’hôpital de Sedan de ce 24 mars: la maternité est sauvée, ce qui constitue une excellente nouvelle. La néonatologie sera aussi conservée. La vigilance s’impose pour les autres services Le personnel de l’hôpital ne crie cependant pas victoire. La pédiatrie et la néo natalité ne sont qu’une partie du pôle mère-enfant. Rien ne prédit que le service pédiatrie ne va pas disparaître. Le pôle mère-enfant est donc lui, loin d’être sauvé. Il faudra faire attention à ce que les autres services ne trinquent pas davantage.

 

Le Centre Hospitalier de Sedan en danger.

Un risque de fermeture de la maternité, la cardiologie, les gardes des urgences seraient soupçonnés, et ainsi, provoquerait la disparition programmée de lits d’hospitalisation en néonatologie, pédiatrie, et chirurgie. Des informations qui seraient censées propulser l’avenir des services du Centre hospitalier de Sedan via des mesures d’un plan de performance qui seraient totalement déconnectées de la réalité. La première hypothèse selon une syndicaliste, prévoirait la fermeture du pole mère-enfant, les services de médecine spécialisés, c’est-à-dire, la cardiologie, la pneumologie mais aussi l’hospitalisation traditionnelle en chirurgie qui provoquerait la disparition de 70 emplois titulaires et 90 emplois contractuels. D’autre part le maintien de la maternité qui n’assurera plus les accouchements à risques. L’établissement affichait un déficit de 4 millions d’euros en décembre 2017 d’où un plan de performance pour un regroupement hospitalier et l’hôpital de Sedan. Le personnel, élus et usagers doutent, mais craignent aussi forcément que ce plan ne comprend que des mesures à restructurer drastiquement, via une réduction intense du nombre de lits en pédiatrie et la fermeture des urgences de nuit. Jusqu’ici, l’hôpital de Sedan accueillait treize internes. Des contractuels seront en première ligne. Des contrats ne seront donc pas renouvelés, et des départs en retraite ne seront pas remplacés. Le personnel ressent déjà les conséquences de précédents plans de financement qui ont déjà eu des résultats négatifs comme l’obligation de faire sortir les patients directement après opération, ce qui va à l’encontre de ce pour quoi ils font leurs métiers. Les syndicats ne comprennent toutefois pas l’enveloppe de 300 000 euros qui doit servir à la rénovation de l’internat…

Les mesures du plan de performance ne seront pas dévoilées avant le 26 mars. Une manifestation aura lieu ce samedi 24 mars à 10h00 regroupant personnel, élus, usagers, syndicalistes, et la France insoumise…

Des images suivront la manifestation…

Image associée

 

Rollin Mélanie

Ils vont supprimer les petites lignes françaises; La gare sedanaise et le TGV ardennais, concernés par cette suppression.

Il n’y a pas de fracture sociale, dans la région ardennaise française, qui sépare les très riches des très pauvres mais d’un côté ceux qui sont exclus de la société et se débrouillent avec leurs allocations ainsi que les travailleurs qui angoissent de perdre leur emploi et les travailleurs frontaliers. Dans la région, la plupart des entreprises ont mis la clé sous la porte et de nombreux habitants vivent du RSA, le revenu minimum. Beaucoup d’habitants ont déjà pensé à partir, mais pour partir, il faudrait vendre la maison et dans le village, elles sont déjà nombreuses sur le marché.

Sans oublier que 800 000 euros d’argent public qui ont été mis au pot pour refaire la gare de Sedan, accueillant le TGV, une somme colossale qui à été à charge du contribuable. C’est pour cela qu’on ne s’étonnera pas de la montée de l’extrême droite dans ces régions oubliées par le biais du sacrifice des services publics et de la compétitivité tant que l’on se penchera sur ces territoires trop longtemps délaissés.

Résultat de recherche d'images pour "La gare sedanaise tgv"

Lien utile : http://www.sedan.fr/le_train.html

A visiter : https://vimeo.com/246970315

Qu’est ce que la cohésion sociale? Pourquoi est elle importante? Pourquoi faut il la protéger?

La cohésion sociale, c’est l’ensemble des processus, individuels et collectifs, qui contribuent à assurer à tous les individus l’accès effectif aux droits fondamentaux et au bien-être économique, social, culturel et qui visent à construire ensemble une société solidaire et coresponsable pour le bien-être de tous.

La coresponsabilité peut se définir comme « une attitude ou un sentiment partagé de responsabilité collective par rapport à un ou des objectifs d’intérêt général ».

Les droits fondamentaux :  « Les droits économiques, sociaux et culturels visés à l’article 23 de la Constitution et d’autres droits devenus fondamentaux par l’évolution de la société »

Les 15 droits fondamentaux identifiés sont :

  1. Droit à un revenu digne
  2. Droit à l’éducation, l’enseignement et la formation
  3. Droit au travail
  4. Droit à l’aide sociale
  5. Droit à la santé
  6. Droit à l’alimentation
  7. Droit à un logement décent
  8. Droit à l’énergie et à l’eau
  9. Droit à un environnement et un cadre de vie adaptés
  10. Droit à la mobilité
  11. Droit à une vie familiale et amoureuse non contrainte
  12. Droit à une vie sociale et culturelle
  13. Droit à l’accès numérique, aux technologies de l’information et de la communication
  14. Droit à la participation citoyenne et démocratique
  15. Droit à l’aide juridique

La cohésion sociale est la capacité d’une société à assurer le bien-être de tous ses membres.

La cohésion sociale a donc pour but de contribuer à l’équilibre et au bon fonctionnement de la société, tandis que la lutte contre les inégalités cherche au contraire à corriger les déséquilibres produits par la société. Ce concept peut également désigner la possibilité à chaque citoyen de participer activement à la société et d’y retrouver sa reconnaissance.

Au niveau européen le concept fait référence à des valeurs de solidarité et d’équité ou non-discrimination dans l’accès aux droits. En définissant la cohésion sociale comme étant la capacité de la société à assurer le bien être de tous et d’éviter les disparités et les polarisations, le Conseil de l’Europe met l’accent sur la lutte contre les inégalités et toutes les formes d’exclusion ou de discrimination et sur la coresponsabilité des acteurs (pouvoirs publics, citoyens, entreprises, etc.) pour y parvenir. Ceci conduit à proposer une approche où le bien être est défini par les citoyens eux-mêmes. Le Conseil de l’Europe met notamment en avant l’équité dans l’accès aux droits, la dignité et la reconnaissance de la diversité, l’autonomie et le développement personnel, familial et professionnel et la participation et l’engagement citoyen.

Résultat de recherche d'images pour "esprit d'équipe"

A voir aussi : (à niveau européen)

 

L’eau, une énergie renouvelable d’avenir; l’énergie solaire en évolution constante…

L’eau, une énergie renouvelable d’avenir

Première des énergies renouvelables dans le monde, l’énergie hydraulique est avantageuse car elle garantit une production durable, rentable et écologique puisqu’elle elle n’émet ni gaz à effet de serre ni pollution (déchets radioactifs). De plus, l’hydroélectricité répond à faible coût aux brusques fluctuations de la demande électricité.

 

A titre d’exemple, une centrale hydraulique peut atteindre, en seulement quelques minutes, une production de 1800 MegaWatts équivalente à celle de deux réacteurs nucléaires. L’hydroélectricité est donc particulièrement adaptée pour répondre aux pics de consommation électricité en période de grand froid notamment.

 

La situation française est pour le moins complexe. Les capacités d’extension de la production hydroélectrique sont limitées puisque les 3/4 du réseau hydraulique sont déjà utilisés. Pour augmenter la part de l’hydraulique dans le « mix énergétique », EDF mise donc sur une stratégie en 2 points.

 

Le premier axe de manoeuvre d’EDF est lié à l’augmentation de la productivité des centrales déjà déployées. Un plan quinquennal de 560 millions d’euros – baptisé SuPer Hydrau (Sûreté et Performance de l’Hydraulique) – a été lancé par EDF en 2006 avec l’objectif de rénover et d’améliorer la performance et la disponibilité du parc hydraulique.

 

Le second axe consiste à déployer de nouveaux centres de production. Il s’agit de construire plusieurs nouveaux ouvrages. L’aménagement de Gavet (Isère), entièrement souterrain, remplacera d’ici 2013 les six centrales hydrauliques actuellement installées sur la Romanche. Non seulement, le barrage sera mieux intégré dans l’environnement, mais il sera aussi plus puissant (90 MW contre moins de 80 MW pour les six ouvrages existants).

Face aux limites du parc hydraulique traditionnel et à l’impopularité des travaux et de leurs conséquences environnementales (vallées englouties, faune et flore menacées), d’autres solutions sont expérimentées. Depuis 30 ans, l’usine marémotrice de la Rance (entre Saint-Malo et Dinard) produit de l’électricité grâce à ses 24 turbines qui utilisent à la fois la force des marées (hautes et basses) et celle du courant de la rivière.

Dans la même logique, la technique de l’hydrolienne est actuellement en phase de test en Bretagne. L’hydrolienne est à l’eau ce que l’éolienne est à l’air. La force des courants marins actionne des turbines dont l’énergie mécanique produite par la rotation des pales est transformée en énergie électrique. En 2012, EDF lancera un parc hydrolien de démonstration (4 hydroliennes) au large de Paimpol et de l’ïle de Bréhat dans les côtes d’Armor.

 

Face aux défis que représentent l’accroissement rapide des besoins énergétiques, et le problème du réchauffement climatique, l’énergie hydraulique est une solution d’avenir qui devrait permettre d’atteindre l’objectif de 22% de part d’énergies renouvelables dans la production européenne d’électricité.

L’évolution constante de l’énergie solaire :

Aucun texte alternatif disponible.

Médecin non conventionné.

Établi avec les professionnels de santé et la Sécurité Sociale, une « convention » fixe les tarifs de chaque acte médical. Par cette « convention », un médecin est dit « conventionné ». Celui-ci facturera une consultation 23,00 euros, tandis que le médecin non conventionné fixera ses propres tarifs, sans tenir compte de la convention, en facturant des « dépassements d’honoraire ».Un généraliste non conventionné peut par exemple vous facturer 30 € pour une consultation. Une consultation est remboursée 70 % du tarif fixé par la Sécurité Sociale fondant ses remboursements sur les tarifs de convention. Les 30 % restants seront pris en charge par votre assurance complémentaire sur la base du tarif de convention et à l’exception d’1 € qui reste à votre charge. Si le médecin est conventionné, vous serez donc remboursé en totalité (moins 1 €).

Par contre si le médecin pratique des « honoraires libres », une partie du coût peut rester à votre charge. Lorsque votre assurance santé complémentaire annonce un remboursement « 100 % » d’un acte, cela signifie qu’elle complète le remboursement de la Sécurité Sociale à hauteur de 100 % du tarif de convention, et que pour que les « dépassements d’honoraires » soient pris en charge, il faut que votre contrat précise un remboursement supérieur à 100 % : 200 %, 300 % etc

La Sécurité Sociale, l’État et les principaux syndicats de médecins, la médecine libérale, signe donc la convention en l’a divisant en trois secteurs. Ces trois secteurs se différencient par la plus ou moins grande liberté qu’ont les médecins pour fixer leurs honoraires. Le montant des honoraires et leur remboursement varient en fonction du secteur auquel est rattaché le médecin.

Pour le secteur 1, les conventionnés appliqueront le tarif conventionnel.

Pour une consultation d’un généraliste dont le prix sera de 25,00 euros, le remboursement par la Sécurité sociale correspondra à 70% du prix de base diminué de l’euro de forfait, soit 16,50 euros. Depuis le 1er novembre 2017, deux nouveaux tarifs peuvent être appliqués, soit 46,00 euros, en ce qui concerne la prise en charge de scolioses, d’un diabète gestationnel, les examens obligatoires du nourrisson, la première consultation pour la contraception, la prévention des maladies sexuellement transmissibles chez les jeunes filles, etc,…et 70,00 euros pour les consultations très complexes, comme l’information des patients sur leur traitement du cancer, de la maladie d’Alzheimer, le VIH, etc,…, avec trois consultations prisent en charges par an, au lieu d’une seule.

Le ticket modérateur , part laissée à charge du patient, est donc prit en charge par l’assurance complémentaire du malade, pourvu que cela soit reprit dans le contrat.

Les médecins du secteur 2 sont conventionnés à honoraires libres avec un dépassement d’honoraires libres, tout en appliquant le tarif conventionnel. Le remboursement par la Sécurité Sociale sera donc identique à celui du secteur 1. Cependant, le dépassement, dans la limite prévue au contrat, peut être pris en charge, en plus du ticket modérateur, par la complémentaire santé du patient.

Pour les médecins du secteur 3, médecins hors conventions, les honoraires sont réellement libre. , Principalement des spécialistes, qui souvent exercent à la fois à l’hôpital et en cliniques ou cabinets privés, leurs honoraires sont libres et le remboursement par le régime de Sécurité Sociale se fait selon l’article L162-5-10 du Code de la sécurité sociale; le principe du tarif d’autorité, c’est-à-dire, le remboursement symbolique. Celui ci précise la part des honoraires prise en charge par l’Assurance maladie en ce qui concerne les médecins qui n’ont pas adhéré à la convention, égal à 16% des tarifs des honoraires conventionnels des actes techniques. Ce qui revient pour une consultation de 25,00 euros chez un généraliste non conventionné, à 4,00 euros (25,00 x 16), appliqué sur le tarif conventionnel, et non sur les honoraires payés. Le remboursement sera toujours de 4,00 euros même sur une consultation montée à 50,00 euros. Les frais à la charge de l’assuré peuvent donc rapidement devenir très élevés ou alors il possédera un contrat complémentaire santé « haut de gamme)».

Achats non-prévus, achats impulsifs…

Décidé de façon impulsive lors de la confrontation au produit et à l’offre, l’achat impulsif est un achat non prévu. L’achat d’une friandise lors du passage en caisse est par exemple souvent un achat d’impulsion. Le merchandising joue un rôle clé dans la commercialisation des produits correspondant à un achat impulsif, car ceux-ci doivent être remarqués et séduire pour être achetés.

Le merchandising est un ensemble d’études et de techniques d’applications, mises en œuvre séparément ou conjointement par les distributeurs et les producteurs, en vue d’accroître la rentabilité du point de vente et l’écoulement des produits, par une adaptation permanente de l’assortiment aux besoins du marché et par la présentation appropriée des marchandises.

Jouant un rôle non négligeable dans la rentabilité de certains points de vente (station service, débit de tabac, etc.), d’autant plus que les marges générées par les achats d’impulsion, ceux-ci sont souvent élevées.

Placés à des emplacements visibles, en grande distribution, pour certains produits, l’achat d’impulsion peut être facilité par un dispositif de cross-merchandising, pratique de vente au détail consistant à commercialiser ou à présenter ensemble des produits de différentes catégories, afin de générer des revenus supplémentaires pour le magasin, parfois aussi appelés ventes additionnelles, achat incrémentiel ou placement de produit secondaire. Le cross-merchandising est aussi une stratégie visant également à améliorer l’expérience globale de client en leur permettant de ramasser des marchandises connexes au même endroit au lieu d’avoir à passer du temps à les chercher.

Les achats d’impulsion sont également favorisés par la mise en place de PLV et notamment par des formats spécifiques de PLV comme la PLV de comptoir ou la PLV vidéo. La PLV ou publicité sur le lieu de vente désigne l’ensemble des usages possibles des nombreux supports publicitaires ou visuels pouvant être présents sur le lieu de vente.

Georges Chetochine, professeur et spécialiste du comportement humain, définissait l’achat du devoir pouvant être alimentaire ou non alimentaire, comme un achat vécu comme une obligation ou une contrainte, correspondant à des produits listés. Contrairement à l’achat du devoir, l’achat du vouloir correspond plus exactement à une envie d’achat du consommateur qui ne se concrétise généralement que lorsque le produit concerné fait l’objet d’une offre ou promotion particulière. Il s’agit donc de l’achat impulsif, c’est-à-dire d’un achat qui n’avait pas été programmé ni envisagé.

Une grosse partie des chiffres d’affaire des enseignes, marques, mettant tout en œuvre par toutes sortes de tactiques pour diminuer notre vigilance et nous pousser à ces achats impulsifs est fondée sur cette capacité à stimuler l’achat impulsif (80% dans certains secteurs d’activité). Seuls maîtres de décisions, c’est bien nous qui avons en dernier ressort le choix d’acheter ou pas. Le secret réside dans la capacité à bien gérer le passage de l’impulsion, qui ne se « commande pas », à l’achat lui-même. Ne pas prendre sa carte de crédit, s’octroyer une petite somme pour un petit achat, mépriser systématiquement sa boite mail de tous les mails d’offre, ne sortir qu’avec des listes de courses, ne pas hésiter à rapporter le produit s’il ne convient pas, vérifier qu’il y a bien une possibilité de retour ou de remboursement, peuvent très bien être mises en place. Ne s’agissant pas d’entrer dans le zéro-impulsion, certaines enquêtes ont trop montré ce que peuvent apporter ces moments: du plaisir, de la joie, de l’excitation, de la culpabilité ainsi que du regret. Ne s’agissant pas d’opposer raison et émotion, l’idée est que la balance soit plus en faveur du plaisir que du regret, en apprivoisant les achats impulsifs permettant de gagner en liberté en ayant le choix et la maîtrise en ne gardant que le plaisir, et non le regret.

Dit « oméga », la vitamine F…

La vitamine F est composée de deux acides gras insaturés,essentiels que sont les oméga-3 et les oméga-6 sont indispensables au sein de notre organisme.

Ces acides gras contribuent à métaboliser des graisses et à diminuer le taux de cholestérol, à avoir une peau en bonne santé et à lutter contre l’eczéma ainsi que la sécheresse cutanée, à favoriser la bonne coagulation du sang, à la pousse des cheveux, à former et à régénérer les tissus et les neurones, à lutter contre certaines maladies cardio-vasculaires et réactions allergiques.

Ainsi, la vitamine F est avant tout utilisée par les organes tels que le cœur, les muscles, le foie, le cerveau, les reins et la circulation sanguine. Les apports en vitamine F dépendent de l’âge ainsi que de l’état de santé de la personne. les symptômes d’une éventuelle carence en vitamine F peuvent être une irrégularité ou des troubles lors des règles, des problèmes de peau comme un dessèchement cutané, de l’acné ainsi que de l’eczéma, des cheveux sans éclat et la présence de pellicules. En cas de doute, il est recommandé de demander un bilan sanguin à un professionnel de santé. On compte parmi les aliments les plus riches en vitamine F, les huiles de soja, de tournesol, de noix, de maïs, de carthame d’arachides diverses, d’olive et de colza, les graines de tournesol, le beurre, le saindoux, les noix de cajou, certains poissons comme le thon, la sole, le maquereau, l’espadon et le colin.

Il est ainsi recommandé de consommer journellement, deux portions des huiles et aliments riches en vitamine F, afin de respecter les apports journaliers recommandés. La vitamine F peut également être trouvée dans certains compléments alimentaires contenant un mélange de plusieurs vitamines en poudre.

 

https://mediastudio.online/

Le trust: véhicule de l’évasion fiscale.

Ensemble de plusieurs entreprises regroupées sous une direction unique, le trust exerce une influence importante sur un secteur ou une partie de l’économie. Le trust désigne une grande entreprise qui domine tout un secteur de l’activité économique.

Réalité abstraite, entité, le trust n’est ni une personne ni une société. C’est un acte par lequel une personne confie ses biens à une autre personne, afin que celui-ci les gère au profit d’une troisième personne, avant de les remettre à une quatrième,et qui à l’expiration du trust, le dernier empoche la mise. Tout cela sous le contrôle éventuel d’un cinquième larron appelé « protector ».

A l’origine, le trust est un instrument de planification successorale. C’est à ce niveau que la lutte se poursuit.
L’Europe, dans ses nouvelles dispositions contre le blanchiment d’argent, prévoit de tenir un registre des actionnaires de sociétés qui pourrait être étendu aux bénéficiaires des trusts. Le gouvernement britannique, par exemple, essaie d’obtenir des aménagements pour éviter la création d’un registre public accessible à tout le monde. Il devrait donc être toujours possible de conserver une certaine confidentialité en s’abritant derrière un trust, tout comme le détenteur des parts d’une société immobilière qui évite d’apparaître au registre foncier. Le trust peut aussi servir à léser ses créanciers, son conjoint ou certains héritiers. En Suisse, l’utilisation du trust à fins successorales est limitée par les dispositions sur les héritiers réservataires.

S’il ne peut pas déshériter ses enfants ou son conjoint, un père peut créer un trust qui, tout en les désignant comme bénéficiaires, les empêchera d’accéder librement aux avoirs confiés à cette structure. Les motivations peuvent être tout à fait compréhensibles, par exemple empêcher un héritier immature de dilapider la fortune familiale. Dans ce cas, le « trusté » ou gérant du trust, sera typiquement chargé de pourvoir à l’entretien de l’héritier, désigné comme bénéficiaire du trust, en attendant que celui-ci ait atteint un degré de maturité suffisant.

Le choix d’un lieu de résidence est évidemment essentiel: les plus souvent cités sont Monaco, où l’on ne paie pas d’impôts, mais où les prix de l’immobilier sont rédhibitoires, et l’Angleterre, où le statut de résident non domicilié permet de n’être taxé que sur ses revenus britanniques. Dans ce contexte, le trust peut apporter une solution idéale, par exemple le fixed income trust, qui permet de percevoir une «distribution» régulière, par exemple le revenu de la fortune du trust, tout en maintenant le capital lui-même hors de portée du fisc ou d’autres convoitises.
Ces distributions peuvent d’ailleurs être laissées à l’appréciation du « trusté». Le bénéficiaire peut solliciter une prestation du trust, sans que le « trusté » ne soit obligé d’y donner suite si l’on se trouve dans le cas d’un trust véritablement discrétionnaire. Au niveau suisse, l’administration n’admet pas l’idée d’une fortune non attribuée, placée pour ainsi dire dans les «limbes». C’est pourquoi la fortune déposée dans le trust par un contribuable suisse imposé ordinairement reste attachée au constituant du trust, même si celui-ci, comme dans le cas du trust irrévocable et discrétionnaire, s’en est effectivement dessaisi. C’est aussi l’approche du «formulaire T», obligatoire dans les banques suisses, qui prévoit au moins la mention du constituant. Reste le problème du bénéficiaire, de faire en sorte que celui-ci ne puisse pas toujours être désigné avec précision. Il est donc dans la nature du trust de représenter le dernier rempart du secret, à condition d’en payer le prix: ne plus pouvoir disposer librement de son argent et en être réduit à émettre des vœux sur son utilisation…

Donc, en gros, en droit des affaires, un trust est une entité juridique créée par des sociétés ou des personnes physiques qui apportent des actifs ou des liquidités. Le trust doit les gérer selon les consignes données par les créateurs du trust. A l’échéance donnée, il doit restituer les actifs et les plus-values générées aux créateurs du trust. Les trusts servent souvent à faciliter les successions ou à séparer temporairement des actifs d’une société ou d’une personne.

A savoir que, utilisé par les grandes familles juives, les Rothschild, David-Weill ou le marchand d’art Rosenberg, pour mettre leur patrimoine à l’abri après la guerre, le montage a également séduit les fondateurs de dynasties industrielles en leur offrant la possibilité d’imposer leur volonté jusque après leur mort. Le fondateur de Danone, Antoine Riboud, l’empereur de presse Robert Hersant, la famille Beaufour (laboratoires Ipsen) ou plus récemment le magnat du trading de matières premières Robert Louis-Dreyfus y ont tous eu recours pour organiser leur succession. Méconnue du législateur, puisque sans équivalent en droit français, l’institution du trust était jusqu’ici considérée avec un certain pragmatisme par l’administration fiscale. A condition que le trust soit irrévocable et discrétionnaire, c’est-à-dire taillé sur mesure pour respecter les instructions du fondateur, le bénéficiaire, en France, pouvait dans certains cas n’être soumis ni à l’ISF ni aux droits de succession.

LE CODE DU TRAVAIL; brin d’histoire…

Brin d’ histoire…

LE CODE DU TRAVAIL, né à l’issue de la catastrophe de Courrières dans le Pas-de-Calais où un coup de grisou en 1906 assassina 1099 personnes dont 290 enfants âgés entre 13 à 18 ans.
La compagnie qui exploitait la mine s’était refusé de rechercher les survivants et avait donc ordonné la reprise du travail. Vingt jours après l’explosion, treize rescapés réussissent à remonter à la surface après avoir erré dans le noir total sur de nombreux kilomètres. Un quatorzième fut retrouvé quatre jours plus tard.
Ce fut un immense choc dans l’opignion . Ce fut donc aussi et par conséquent, la naissance du Ministère du Travail suivi du code du travail, en décembre 1910, précisément pour protéger les travailleurs des exigences de l’économie et des entreprises afin de forcer les employeurs à respecter les droits des salariés face à l’exploitation qu’ils subissent.

 

Rollin Mélanie

Google dévoile sa nouvelle « voix » humaine.

Une nouvelle voix qui remplacera la voix robotique de son « assistant personnel » et celle de l’application Google Traduction vient d’être dévoilée. Véritable imitation d’une voix humaine, ce nouveau moteur de synthèse vocale, baptisé Tacotron 2, et nouvelle technologie, poserait déjà de véritables questions éthiques.

Une voix beaucoup plus réaliste remplacera donc la voix métallique de Google traduction et Google Assistant. Dans un rapport publié en décembre, la firme Américaine « Google » révèle qu’elle est parvenue à développer « Tacotron 2 », un système capable de transformer des textes en fichiers audio avec une voix impossible à distinguer de celle d’un être humain. L’intelligence artificielle prend, pour la première fois, en charge la ponctuation, les accents, les majuscules ou même le contexte de la phrase pour nuancer sa prononciation.

Google a publié quelques fichiers qui permettent de comparer les mêmes phrases lues par Tacotron 2 et une voix humaine.

Résultat de recherche d'images pour "Tacotron 2"

Situation économique de l’Ukraine; Pour mieux comprendre.

 

Les points forts de l’Ukraine seraient sa position stratégique entre la Russie et l’Union Européenne, son Important potentiel agricole, sa main d’œuvre qualifiée et peu coûteuse et le soutien financier international mais cela ne va pas sans ses points faibles, comme les fortes tensions avec la Russie et inter-régionales menaçant l’intégrité du pays, la situation politique et sociale extrêmement précaire, les faible diversification économique, le surendettement du secteur privé et augmentation rapide de l’endettement public, ainsi que le système bancaire très fragilisé par les créances douteuses et le manque de liquidités.

Fragile reprise de l’activité économique en 2017

La croissance ukrainienne devrait augmenter en 2017, tirée par le secteur agricole (céréales) et la poursuite de la reprise de la construction (immobilier non résidentiel) entamée en 2016. L’activité industrielle devrait toutefois demeurer contrainte par la perte des capacités de production et d’exportation situées dans les provinces séparatistes de l’est (Donetsk et Lougansk), qui concentrent une large partie de la production d’acier et des mines du pays. Les investissements devraient continuer à augmenter en 2017 après la progression observée en 2016 (+18% au deuxième trimestre), encouragés par l’assouplissement de la politique monétaire (de 22 % à 14% entre janvier et octobre 2016) et une demande des ménages plus vive.
Malgré le niveau relativement élevé de chômage (10 %), la consommation privée pourrait en effet être soutenue par la suppression des contributions sociales et une légère progression des salaires (relèvement de 10 % du salaire minimum fin 2016), dont l’effet sera cependant atténué par l’inflation.
La hausse des tarifs de certains services publics (gaz, chauffage, électricité) ainsi que du prix des biens importés, en particulier du pétrole, accentuée par la dépréciation persistante de la hryvnia, devraient continuer à alimenter la hausse des prix en 2017. L’inflation sera cependant, comme en 2016, nettement moins élevée qu’en 2015.
La reprise de l’activité en 2017 restera en tout état de cause conditionnée par l’absence de nouvelle dégradation de la situation dans les provinces de l’est, mais aussi par la stabilisation de la situation politique, nécessaire à la poursuite du versement de l’aide internationale.

Une situation financière très précaire.

L’accord conclu avec le FMI devrait contraindre l’Etat à une meilleure maîtrise des dépenses, mais les salaires, les aides sociales et les dépenses de défense devraient rester élevées. En outre, le service de la dette s’alourdit sous l’effet de la hausse des taux et de la dépréciation de la hryvnia (70 % de la dette est libellée en devises). Les recettes fiscales (75 % du total) devraient augmenter grâce à la modeste reprise de l’activité, à l’impact de la hausse des taxes (tabac, alcool, carburants) et aux mesures destinées à élargir l’assiette d’imposition. Le déficit devrait ainsi se réduire légèrement. Le gouvernement devra cependant continuer à soutenir la compagnie Naftogas, fragilisée par les arriérés accumulés vis-à-vis de son fournisseur russe, Gazprom. La dette publique devrait être supérieure à 90 % du PIB en 2017, maintenant un risque de défaut souverain élevé.
De bonnes récoltes agricoles, l’absence de nouvelle baisse des cours des produits exportés (céréales, engrais, produits sidérurgiques) et une évolution un peu plus favorable de la demande sur certains marchés d’exportation (Russie, UE), pourraient permettre d’éviter un nouveau déficit courant. La légère augmentation des importations limiterait toutefois l’amélioration du solde.
Les sorties de capitaux, liées notamment au remboursement des échéances de dette extérieure (plus d’un milliard d’USD en 2017), devraient demeurer supérieures aux entrées, freinées par les incertitudes concernant l’évolution de la situation politique et du conflit à l’est du pays.
La dépréciation de la hryvnia (-8 % face au dollar entre janvier et novembre 2016) devrait donc se poursuivre, son ampleur dépendant notamment du rythme des réformes et de l’évolution de la situation dans les provinces de l’est.
Le niveau des réserves est faible (3 mois d’importations environ). L’accès aux marchés des capitaux étant quasi-inexistant, le pays dépend fortement de l’aide internationale. Le FMI a versé la troisième tranche (1 milliard d’USD) de son programme en septembre 2016, avec un an de retard, en raison notamment de la lenteur des réformes. Le versement de la quatrième est soumis à l’adoption du budget 2017 par le parlement.
Le système bancaire est très fragile, insuffisamment capitalisé, avec un taux de créances douteuses de l’ordre de 30 %. En décembre 2016, le gouvernement a nationalisé la plus grande banque du pays, PrivatBank, confrontée à de sérieux problèmes de liquidité.

Les incertitudes restent grandes sur l’évolution de la situation politique et celle du conflit à l’est du pays.

P. Poroschenko a été élu au premier tour des élections de mai 2014, organisées après la destitution de V. Ianoukovitch, provoquée par les mouvements de protestation (Maïdan) fin 2013. Les deux partis pro-occidentaux (le Bloc Poroschenko-BPP et le Front Populaire-FP) détiennent une large majorité des sièges à l’Assemblée. Le premier ministre A. Iatseniouk (FP) a démissionné en avril 2016, remplacé par un membre du parti présidentiel (V. Groysman). Au-delà des clivages politiques, le nouveau gouvernement doit faire face à l’impatience de la population qui subit depuis de nombreux mois les conséquences de la crise économique. En l’absence de progrès notables dans ce domaine, comme dans celui de la lutte contre la corruption, une dégradation de la situation sociale ne peut être exclue.
A l’est du pays, l’accord Minsk II, conclu début 2015, a atténué l’intensité des combats entre l’armée ukrainienne et les mouvements séparatistes pro-russes, sans parvenir à mettre un terme au conflit. La situation devrait rester durablement instable, une brusque détérioration étant toujours à craindre.

26145651_10213365779326558_1501494724_o

26103198_10213365780846596_1716013606_n

(Certaines informations provenant d’un informateur sur place, en Ukraine – Voir les images.)

Le bola de grossesse.

Résultat de recherche d'images pour "un bola"Le bola de grossesse, bijou issu de la culture indonésienne est un collier composé d’un pendentif et d’un long cordon, porté par les femmes enceintes. Ce pendentif, en forme de boule, est traditionnellement en argent, retombe sur le ventre. A l’intérieur de cette boule s’entrechoquent de toutes petites billes émettant un léger son semblable à celui d’une clochette ou d’un carillon qui serait perçu par le bébé dans le ventre de la maman et aurait un effet apaisant. Dès la 20ème semaine de grossesse, le bébé reconnaît ce son qui le berce tout au long de la grossesse. Il existe des bolas en argent ciselé, des bolas de couleur, des bolas incrustés de cristaux Swarovski, des bolas laissant apparaître la boule sonore intérieure, des sautoirs colorés intégrant un bola dans une composition. Une fois bébé arrivé, pas la peine de ranger tout de suite votre bola de grossesse dans le dernier tiroir de votre boîte à bijou. Vous pouvez très bien continuer à le garder en tant que sautoir, en le raccourcissant un peu si besoin. Certains disent même que le bruit peut calmer et rassurer votre bébé, notamment pendant l’endormissement ou l’allaitement, car celui-ci reconnaîtrait le son qu’il a entendu dans le ventre.

Résultat de recherche d'images pour "un bola"

La manipulation de masse; un art ???

Promenez-vous dans une foule. Portez votre attention sur les gens. Puis promenez-vous de nouveau dans la même foule et portez votre attention sur l’espace entre les gens. Il y en aura davantage à s’écarter les uns des autres. Essayez. Ça ne rate jamais. Voici une autre expérience. Arrêtez-vous à l’angle d’une rue et regardez en l’air pendant un moment. Vous verrez que les gens autour de vous regarderont aussi en l’air. Ils veulent savoir ce que vous regardez et pendant cette brève période vous aurez déterminé la direction de leur attention.

imagesSi je dis à un groupe de penser à une voiture rouge, il est très probable qu’ils le fassent tous. Et si je leur dis de ne pas penser à une voiture rouge… ils penseront quand même à une voiture rouge ! Ils auraient pu choisir de penser à une montagne bleue à la place. Ce qui permet de réaliser combien il est facile de diriger l’attention des masses.

Très peu de gens formuleront une pensée personnelle ou choisiront autre chose que ce qui leur a été dit. En fait, si vous ne prenez pas de décisions ni n’avez d’objectif, quelqu’un d’autre le fera pour vous. Vous connaissez cela dans votre vie personnelle : si votre conjoint vous demande où vous voulez aller dîner et que vous n’avez aucune préférence particulière, ce sera donc lui qui décidera où aller. La même chose s’applique à grande échelle.

En raison d’un défaut général de volonté et de prise de conscience de la plupart des gens, on décide pour eux de leur réalité, en leur donnant seulement l’illusion d’un choix – comme l’option de payer leurs impôts par carte de crédit ou par virement bancaire.

manipulation-de-masse

 

Plus moyen de partager un tweet de Twitter avec Facebook, si ce n’est le partage manuel.

Plus moyen de partager un tweet avec Facebook, si ce n’est le partage manuel.

La suppression de la fonctionnalité est le résultat des modifications de l’API de Facebook , mises en œuvre à la suite du scandale de Cambridge Analytica . Après leur récente évaluation d’applications, Facebook a décidé de supprimer la fonctionnalité de partage pour de nombreuses applications, y compris Twitter, afin de limiter les activités de publication automatique de spammeurs. Les modifications sont entrées en vigueur le 1er août.

Vous pouvez toutefois noter que Facebook est toujours répertorié dans vos applications connectées sur Twitter.

Résultat de recherche d'images pour "twitter et facebook"

 

Le changement climatique est réel.

Le changement climatique est réel selon Greenpeace.
51°C enregistrés en Algérie, 50°C au Pakistan, une vague de chaleur qui a tué plus de 80 personnes au Japon , plus de 80 personnes ont été tuées dans les feux de forêt grecques, plus de 74 décès au Québec et le cercle arctique en feu.

Le changement climatique est le changement du type de météo moyen ou de climat sur une période donnée. Le changement se manifeste le plus clairement par une augmentation ou une diminution de la température moyenne, des changements de circulation atmosphérique et de cycle de l’eau et, par voie de conséquence, de la couverture nuageuse et de la quantité de précipitations sur Terre.

Il y a 100 millions d’années, des dinosaures vivaient dans nos contrées, dans un environnement tropical. Il y a à peine 15 000 ans, ce même paysage était couvert de glace : la calotte glaciaire s’étendait jusqu’au nord des Pays-Bas, et on pouvait marcher sur la glace jusqu’en Angleterre.

Le climat a constamment changé en raison de causes naturelles, et il continuera de changer dans le futur.

Résultat de recherche d'images pour "changement climatique"

A Soissons, une commune française située dans le département de l’Aisne, en région Hauts-de-France, une averse de grêlons de 2 cm de diamètre, ce mardi…

A Soissons, une commune française située dans le département de l’Aisne, en région Hauts-de-France, une averse de grêlons de 2 cm de diamètre pour les plus gros, eu lieu vers 18h25, ce mardi 07 août. La grêle est un des types solides de précipitations atmosphériques. Elle est constituée de billes disjointes de glace (grêlons) dont le diamètre peut varier de quelques millimètres à une vingtaine de centimètres, mais il est en général de 5 à 50 millimètres. Les averses de grêle durent peu de temps, ne touchent qu’une superficie limitée le long d’un corridor sous l’orage. La grêle peut affecter une large région et laisser plusieurs dizaines de tonnes de glace au sol. Ces masses de glace produisent souvent une grande surprise chez les observateurs car les grêlons tombent le plus souvent en été et alors que la température au sol est élevée (couramment 30 °C). La grêle est un phénomène destructeur pour les récoltes et les biens. De plus, les plus gros grêlons sont dangereux pour les personnes et les animaux. Les arbres ayant subi de fortes averses de grêle sont plus vulnérables à certaines infestations par des parasites, dont les champignons.

L’image contient peut-être : nourriture

Frelons asiatiques, plus dangereuse colocation que le frelon européen.

Frelons asiatiques, plus dangereuse colocation que le frelon européen. Et pourtant, nos températures ont l’air de l’attirer d’avantage! Seul un hiver peut faire disparaître de façon naturelle les populations de frelons à l’exception de certaines reines! Cependant, nos hivers ne sont plus si froid. La dose de venin injectée par le frelon est plus importante que celle d’une guêpe, plus profonde et bien sûr plus douloureuse. Les effets qui s’en suivent sont aussi plus importants. Il est, en effet, très agressif à l’égard d’autres insectes et peut compromettre le rendement des ruches en s’en prenant aux abeilles domestiques.

Résultat de recherche d'images pour "frelons asiatiques"

La forêt ardennaise en proie des flammes.

Un incendie a débuté ce jeudi 26 juillet vers 15h à Bogny-sur-Meuse, dans les bois de la Vallée de la Meuse. Au moins trois hectares de forêt ont été détruits par le feu. 35 logements ont été victimes de coupures d’électricité. Mais il n’y a eu aucun blessé.

7 camions de feux de forêts et 68 pompiers ont été mobilisés sur place. Ils ont du feu ont lutté durant plusieurs heures et l’incendie a finalement été maîtrisécapture incendie Ardennes aux alentours de 22h. Les pompiers étaient toujours présents sur les lieux ce vendredi 27 juillet matin pour éviter toute reprise du feu. Aussi, dans leur avancée les pompiers ont découvert un obus qui datait de la dernière guerre. Toutes les précautions ont été prises. Le Maire de la commune a fait le nécessaire auprès des services de déminage. Tout danger a donc été écarté, il en reste donc la vigilance!